Fishbach et Juliette Armanet : Naissance des nouvelles chanteuses françaises

Mardi 21 février 2017

Le renouveau de la pop française, la nouvelle chanson française, la nouvelle nouvelle scène française — alors que nous sommes déjà en l’an 65 après J.-J.G., on ne cesse de nous briser les burnes avec ces concepts à chaque sortie d’EP, pour peu que son auteur s'y exprime dans la langue de Biolay. Prenons donc ce grand panier et isolons-en deux éléments : Fishbach, Juliette Armanet. Elles gravitent dans la même scène, mais qu’ont-elles en commun, hormis la langue maternelle et la période de parution de leurs premiers albums respectifs ? Nous les avons assises à une table pour comprendre leurs métabolismes, leur généalogie, leurs affinités et leurs modes de reproductions. Pouf pouf, observons deux papillons.

0

Findlay - Cool kid gone bad

Samedi 18 février 2017

Que faire quand on a la vie devant soi mais que notre karma a l’air de sérieusement se foutre de nous ? C’est la question que Natalie Findlay, Mancunienne de 20 ans à l’époque, a dû se poser après avoir été virée de sa major en 2011. En même temps, quand on ne veut - peut ?- pas rentrer dans les moules que s’efforce d'entretenir l’industrie musicale, normal que ça ne colle pas. Alors elle a bravé les grosses phases de déprime, quand tout le monde lui tournait le dos en Angleterre, pour continuer de composer. Forgotten Pleasures, son premier album, est la synthèse de cette période trouble. On l’a rencontrée pour parler de ce passage à vide, de weed, de trolls et de son rêve américain (mais seulement d'ici quatre ans).

0


Mathieu Ortlieb – Ses années Strip-Tease

Mercredi 15 février 2017

Diffusée de 1985 à 2012, Strip-Tease reste certainement l'une des émissions de télévision les plus fascinantes de ces trente dernières années, avec des sujets autour de fans de tuning, de catcheurs à l’humour graveleux ou de familles aussi hilarantes que gênantes. Mathieu Ortlieb, lui, n'est arrivé qu'en 1994, deux ans après l'apparition de "L'émission qui vous déshabille" sur France 3. Jusqu’en 2005, il fait malgré tout partie du noyau dur, celui qui réalise un tas d’épisodes devenus cultes avec le temps. Sans doute conscient de cette passion de plus en plus prononcée, le Français a ainsi eu l’idée de revenir sur les coulisses de Strip-Tease dans un livre, Mes plus belges années, riche en anecdotes. Pour Brain, il en évoque quelques-unes.

1

Big John - La nuit lui appartient

Mardi 14 février 2017

Que ce soit au Baron, dans les boîtes les plus branchées de Cannes ou de Paris, sa silhouette massive a longtemps été associée au monde de la nuit. D’ailleurs, même lorsque celui que l’on surnomme Big John se fait écrivain (Big John de Paname), c’est pour mieux revenir sur les histoires cocasses, hilarantes ou absurdes qu’il a eu à gérer en tant que physio. Il était donc grand temps d’aller papoter avec cet ancien videur qui porte un regard lucide et réfléchi sur le monde de la nuit. Ses mots-clés à lui : respect, patience, embarras face aux bisbilles de couple et, forcément, le fameux «ça va pas être possible».

2

Cheveu et Group Doueh - Burger du Sahara

Samedi 11 février 2017

D’un côté, on tient Cheveu, trio français punk garage rigolard et adepte des pas de côté musicaux. De l’autre, Group Doueh, formation familiale marocaine qui électrise la tradition musicale sahraouie avec une Fender, des pédales wah-wah et des vieux clavier Yamaha. Il y a un an, ils se sont réunis au milieu du désert pour accoucher en dix jours chrono d’un album réjouissant, fait d’un empilement de couches sonores. Alors que Dakhla-Sahara Session vient de paraître chez Born Bad Records, on a pris rendez-vous avec deux membres de Cheveu sur trois autour d’une bière pression pour parler de problèmes de communication musicale, des vertus énergisantes du thé noir et de la nécessité qu’il y a parfois à baisser sa culotte de rockeur.

0