Cultivateur.

Explication de texte : les rimes des meilleurs rappeurs disséquées

Vendredi 15 juin 2018

Un prof au bout du rouleau vous a déjà fait reprendre un acte du Médecin malgré lui de Molière en version rap pour essayer de vous enthousiasmer pour la littérature ? L'inverse peut aussi marcher. Beaucoup d’intellos férus de high culture considèrent le rap comme une forme relativement simple, nécessitant plus de swag que de talent. Estelle Caswell, fan de rap et productrice de la série Vox’s Earworm, s’est donc prêtée à l’exercice de l’analyse de texte et a analysé les rimes des meilleurs rappeurs dans une vidéo bien foutue (ci-dessus). Un bon coup dans les dents de ceux qui pensent encore que les MCs ne savent pas écrire. 

0


La science a parlé : votre boss est un abruti

Vendredi 15 juin 2018

bestboss

Comme la vieillesse, la mort et le bout de popcorn qui se coince entre les dents, avoir un boss incompétent semble être l’une de ces fatalités qui font de la vie un calvaire. Le phénomène a même un nom : le principe de Peter, d’après le nom d’une certaine Laurence J. Peter qui l’a conceptualisé dans un livre à succès (sobrement nommé The Peter Principle). Selon ce principe, les employés compétents sont promus jusqu’à atteindre des postes pour lesquels ils ne sont pas compétents. A ce moment-là, ils ne sont plus promus. Résultat : ils occuperont éternellement un poste pour lequel ils sont incompétents et, à long terme, tous les postes finissent par être occupés par des employés incompétents. CQFD.

En bref, les boss évaluent leurs employés selon les mauvais critères : ils se penchent sur leurs compétences au poste qu’ils occupent au lieu de trouver la personne la plus qualifiée pour réaliser le travail à pourvoir. Bien sûr, il s’agissait à l’origine plutôt d’une intuition que d’une loi scientifique, mais cela a changé à présent. Des scientifiques ont publié une recherche offrant la preuve empirique que principe de Peter est effectif, en analysant les données d’équipes de ventes et de leurs managers de 214 compagnies (parce que c’est un domaine où les résultats sont faciles à évaluer, on en voit d'avance rabouler pour nous expliquer que cela ne les concerne pas parce qu'ils sont graphistes, DJs ou dresseurs de fauves). Pour lire les cinquante-six pages de cette enquête qui donnera enfin une assise scientifique à vos plaintes sur votre boulot, ça se passe par ici.

 (Source)

2



Norman Whiteside, le musicien soul des 70’s dont la musique a connu un nouvelle vie alors qu’il était en prison

Jeudi 14 juin 2018

norman

 

Tout avait bien commencé pour Norman Whiteside avec la sortie d’un disque assez parfait d’évidence, You Can Fly On My Aeroplane, sorti sur le label indie OWL en 1977. Son jeune créateur (22 ans et toutes ses dents) avait bénéficié d’une liberté de création totale durant les séances d’enregistrement. Il était persuadé que cette petite bombe allait bouleverser le soul-jeu avec des morceaux comme Alone Reprise et ses synthés tristes à pleurer, ou encore Put It In Real Good, un hymne aux sapiosexuels avant l’heure où il transforme le coït en acte cérébral : “Just let me take my brain and put it into you” (vas y Norm’, nous aussi on aime les types avec de gros, très gros cerveaux). Mais si sa musique a cartonné localement, les gros labels de l’époque, tels que Mercury, Atlantic, Motown et Stax, ont tous trouvé le style de Whiteside trop intello, trop bizarre, et l’ont recalé aux auditions.

Frustré et sans le sous, Norman arrête la musique et se lance dans une vie dissolue faite de braquages et d’arnaques. Jouant de malchance, il est arrêté le 3 avril 1985 pour le meurtre de Laura Carter, une jeune fille de 18 ans assassinée par balle… alors qu’il n’était pas présent sur les lieux du crime. Notre ancien zikos croupira en taule 31 ans avant d’être relâché en 2016, alors que la justice reconnaît une erreur judiciaire. On aurait pu penser sa carrière musicale brisée, piétinée. Mais en 2008, alors qu'il était encore en taule et pensait que sa musique était destinée à finir dans les limbes de l'oubli, le très recommandable label de réédition Numero Group le contacte, persuadé de tenir “le Frank Ocean des années 70”, et lui propose de promouvoir le disque auprès d’une nouvelle génération d’auditeurs.

norman2

Deux ans plus tard, les arrangements de synthé luxuriants d’Alone Reprise sont samplés par Jay Electronica dans Fat Belly Bella. Encore trois ans après, le grand Kanye West himself utilise le même échantillon sonore dans son tube Bound 2. Le morceau sera nominé pour un Grammy, avec Whiteside crédité en tant que co-auteur. Il regardera la cérémonie en prison avec ses potes détenus, n’en revenant pas de participer à ce prix prestigieux depuis sa cellule. A la suite de cet événement, You Can Fly On My Aeroplane est devenu l’une des banques de samples favorites des producteurs de hip-hop, de Logic à Stalley, en passant par Knxwledge et Frank Ocean. Norman confie à Dazed ne pas avoir reçu beaucoup d’argent pour Bound 2 - “Kanye West ne doit pas savoir qui je suis !”, confesse t-il avec lucidité - mais se montre philosophe : "Je suis heureux d'avoir retrouvé ma dignité". Depuis qu’il a été relâché, il travaille sur un nouvel album.

0

En Russie, des cours de sourire pour la Coupe du Monde

Jeudi 14 juin 2018


Parce que ce n'est pas dans leur culture et aussi peut-être un peu parce que ce n'est pas la joie de vivre sous un régime autoritaire par moins 50°C,  nos amis russes n'aiment pas sourire. Alors, comme le montre cette vidéo de la BBC, pour préparer la Coupe du Monde et l'accueil des milliers de touristes qui vont déferler pendant la compétition, le Kremlin a décidé d'imposer des formations pour apprendre à faire risette aux bénévoles et aux employés des transports publics. C'est la psychologue Elnara Mustafina qui a supervisé ces cours intitulés : "Le service commence par un sourire." Loin de nous l'idée d'aider Poutine à discipliner ses contemporains mais il aurait plutôt dû investir dans des smile machines.

1