L’actualité ciné, séries, médias, art contemporain, et surtout théâtre de rue.


Notre nouveau meilleur ami s'appelle Monsieur Flap

Mercredi 20 septembre 2017

Les vrais se souviennent peut-être de Monsieur Flap, venu gambader couilles au vent sur internet l'espace d'une merveilleuse vidéo de 44 secondes en 2012 (ci-dessus), puis évanoui aussi vite qu'il était apparu. Cinq ans plus tard, miracle : le petit monsieur à tête de cul est de retour, et cette fois, c'est pour de vrai, dans une vraie série avec des vraies histoires écrites et réalisées par Brice Chevillard et Nicolas Athané, produites par Bobby Prod (déjà à l'origine des Kassos), et qui seront diffusées tout au long des semaines à venir sur Studio 4, la plateforme webséries de France TV. À quoi ressemble la vie quand on a un oeil à la place de l'anus ? Comment fait-on pour se raser quand on a des testicules en guise de bouche ? Et surtout, dans ces circonstances, comment faire pour trouver l'amour ? Toutes les réponses à ces questions qui ne sont pas si débiles que ça sont dans le premier épisode ci dessous ; 11 sont prévus au total, à raison d'un tous les mercredis 19h. Nous on t'aime déjà très fort, Monsieur Flap.

(À l'attention de qui de droit : serait-il possible s'il vout plait de remettre en vente ce déguisement de Monsieur Flap ? D'avance merci)

2


Livre en Papier d'Arbre - Imago

Mercredi 20 septembre 2017

unnamed-4Quand il était petit, Cyril Dion répondait toujours «écrivain» à la question «Que voulez-vous faire plus tard ?». Et ça y est, il l'est devenu. C'est vrai, il sera passé par un chemin un peu tortueux, mais comme disait Anny Duperey (oui, oui, on cite Anny Duperey sur Brain) à François Busnel, «Un zig-zag, c'est le chemin le plus intéressant pour aller d'un point à un autre». L'homme aux mille talents parvient à rester cohérent sans jamais se fixer. Après Colibri, après Demain, il signe Imago.

Imago ? Oui, le nom du dernier stade d'un être qui se développe par étapes, comme le papillon (on ne veut pas étaler notre science, on ne connaissait pas le mot avant de lire le bouquin). Dire que ce livre est l'imago de Cyril Dion serait d'une facilité affligeante... mais on le dit quand même.

On avait découvert un homme aussi doux que puissant, aussi subtil que franc lors de l'interview accordée à Brain. On ne retrouve rien d'autre dans ce livre. Une histoire qui en dit long, mais qui le dit court. Cyril Dion a connu ceux qui se battent. Que ce soit pour la paix, pour la nature ou pour un Dieu vengeur. Il leur donne la parole. Avec de la bienveillance, mais sans condescendance. Une histoire qui ne veut pas expliquer. Loin de tout dogmatisme. Une histoire qui ne dit pas tout, mais qui laisse à voir. Qui permet l'empathie, sans l'excuse. Comme dans tout ce qu'il fait, Cyril Dion ne se laisse jamais aller au ton magistral, parce que la vérité ne fait jamais dans la grandiloquence. Tenter de comprendre un monde, c'est suivre un chemin de petites, toutes petites causalités. D'insignifiants petits vers qui, un jour, donnent un papillon.

Couv
Tout cela, on aurait pu s'y attendre en connaissant le bonhomme. Simplicité et profondeur. Mais ce qu'on ne pouvait pas savoir, c'est que Cyril Dion écrit. Et bien, même. Et puisqu'il y a pris goût (non, il ne nous l'a pas dit, mais l'écriture est très addictive, comme la cocaïne ou le Nutella), on attend avec impatience le prochain.

Incipit et explicit
Tu étais dans mes bras.

Excipit
La douleur était une porte béante. Ou peut-être une fenêtre.

Ce que ce livre dit sur notre époque
Aucun des terroristes européens agissant au nom de Daesh n'a parlé de Dieu, de laïcité, de voile ou de paradis lors de leur interrogatoire. Aucun. En revanche, tous ont mentionné une vengeance personnelle. Un sentiment d'inutilité. Une humiliation dans le quartier. À l'école. Bref, un rien. Mais c'est l'histoire même de notre univers : l'explosion d'un point insignifiant donnant vie à l'univers.

Pour comprendre le terrorisme, il faut comprendre la géopolitique, la guerre en Syrie, la gestion de l'après-Irak, la lutte sunnite/chiite... Mais pour comprendre les terroristes, il faut plonger dans les détails. Nous ne sommes que ça, une somme de détails. Comme un désert n'est qu'une somme de grains de sable.

Vous avez aimé, vous aimerez
L'opticien de Lampedusa d'Emma-Jane Kirby, L'Étranger de Camus, Jihad Academy de Nicolas Hénin, tout Marc Dugain, Secret défense de Philippe Haïm, Le bureau des Légendes, boire un café avec un ami sans parler...

++ Imago, de Cyril Dion, éd. Actes Sud, 211 p., 19 €

2
Par Simon

Pourquoi donc il y a-t-il des chaussures suspendues aux lignes électriques ?

Mardi 19 septembre 2017

Trophée après un bizutage ? Moyen de limiter les quartiers entre gangs ? Démonstration de joie émanant spontanément de péquins alcoolisés un peu partout autour du globe ? Pour le savoir, plongez-vous dans ce court documentaire édifiant, sorti en 2010, sur le “shoe tossing”, sport officieux sur lequel émane de nombreuses légendes urbaines. Durant des mois, le réalisateur Matthew Bate a demandé à des personnes issues du monde entier de lui laisser un message audio ou vidéo, pour relater les folklores nationaux liés à cette pratique. Spoiler : en fait, personne n’a la moindre idée de l'origine et de la raison du phénomène.

1

Elisabeth Moss en a sous la semelle

Mardi 19 septembre 2017

moss

La styliste de l’héroïne de The Handmaid’s Tale, qui a décroché hier l'Emmy Award de la meilleure actrice dans une série dramatique, vient de révéler que celle-ci avait dissimulé un message secret sur ses fringues à la cérémonie de remise des prix. Sur Instagram, elle vient en effet de poster une photo du dessous d’une de ses chaussures à talon, où l’on peut voir écrit “off”. Avec ce commentaire : “Vous allez devoir deviner ce qu’il y a noté sous l’autre… notre message contre le patriarcat #teamresistance”.

elisabethmoss

S’agit-il d’une référence au personnage de Moss dans la série, nommé Offred, une servante réduite à l’état d’esclavage et forcée à enfanter pour une famille de puissants ? Ou plutôt d’une attaque plus globale à l’encontre du régime patriarcal encore en vigueur à Hollywood et au-delà ? On ne le saura sans doute jamais, mais le discours de remerciement de la comédienne, où elle a fustigé un certain machisme larvé dans le milieu de l'entertainment, pourrait faire pencher la balance en faveur de la seconde option : “Il y a toujours de trop nombreuses réunions dont tu reviens en te demandant si un projet de film ou de série est refusé seulement parce que c’est une femme qui le réalise.” 

(Source)

2