Foutraque et déjanté.

Santa Clarita Diet ou l'art d'ouvrir l'appétit

Mardi 21 février 2017

clarita

Au début du mois avait lieu le lancement de Santa Clarita Diet, nouvelle série Netflix dans laquelle Drew Barrymore incarne une sexy maman qui se prend de passion pour la chair humaine à la suite d'un malencontreux épisode de zombification spontanée. En amont du lancement, Netflix s'est fendu d'une jolie promo à base de recettes de cuisine cannibales - et c'est ainsi qu'une façade du Potsdamer Platz, l'une des places les plus touristiques de Berlin, s'est retrouvée flanquée d'un gigantesque doigt accomodé à la manière du fleuron de la gastronomie locale qu'est la currywurst. Une opération malheureusment pas au goût de tout le monde dans ce bastion du végétarisme (un ordre d'idée : plus de 10% de la population allemande sont végétariens, contre environ 3% en France) ; suite à de très nombreuses plaintes, l'affiche a fini par être retirée, un petit scandale qui a également eu pour triste conséquence de tuer dans l'oeuf un beau projet de baraques à frites pop-up servant du finger food au sens littéral du terme (=des snacks en forme de membres humains). Cons de vegans.

ehe

La recette secrète d'un mariage réussi

 

(Source)

0

Récréation = ségrégation

Mardi 21 février 2017

La récré, moment de liberté et d'épanouissement entre deux cours barbants ? Mouais. Soyez honnêtes et souvenez-vous des mille petites dictatures qui régissaient la cour de récréation : les dyslexiques bons en sport qui trustaient le terrain de foot, les petites grappes de meufs cool qui avaient chacune leur spot attitré, qui un banc, qui une poubelle, qui un bout d'escalier, les garçons fragiles, les hypermétropes et les anémiés, qui étaient toujours cantonnés au même petit bout d'îlot vert boueux et s'y échangeaient des cartes Magic... Un espace hyper-structuré et hiérarchisé, donc, régi par des jeux de pouvoir au moins aussi raffinés que ceux du monde des grands.
Edith Maruéjouls, géographe du genre, entreprend une expérience dans la classe de 5ème, au collège Edouard Vaillant de Bordeaux. Pour tenter de comprendre comment filles et garçons se répartissent le territoire du collège, elle leur fait documenter, croquis à l'appui, cette fameuse structure implicite : qui évolue où, pourquoi, et en compagnie de qui ? Est-ce normal que les garçons occupent systématiquement le terrain central, reléguant par la force des choses les filles à la périphérie ?

Capture d’écran 2017-02-21 à 16.46.41

Plus de vidéos éclairantes sur la question de l'égalité des sexes à l'école sur la plateforme Matilda.

1


Mamie fait des autoportraits

Mardi 21 février 2017

Nishimoto3

Il y a les petits mamies virtuoses dans l'art de la blanquette de veau, qui adulent Laurent Romejko en silence dans leur petit fauteuil matelassé tout en tricotant des cache-nez en mohair, et il y a Kimiko Nishimoto. Au tournant des années 2000, cette sémillante Japonaise a décidé d'apprendre à se servir d'un appareil photo numérique et de Photoshop ; depuis, du haut de ses 88 ans, Kimiko se vautre joyeusement dans le yolo le plus total, s'amusant à se mettre en scène avec des crayons dans le nez, déguisée en chope de bière, en train de se faire écraser par une voiture ou de se faire défoncer le crâne à la pelle. Longue vie à vous, Kimiko-San.

Nishimoto1

Nishimoto2

Nishimoto4

Nishimoto5

Nishimoto6

kimi1

kimi2

kimi3

kimiko-nishimoto-02

(Source + source)

0

Queer Manhattan

Mardi 21 février 2017

queer1

Le dimanche, dès l'aube, Richard Renaldi musarde dans les rues de Manhattan pour y humer la nuit qui s'achève. Arrivé à New York au début des années 90, le photographe s'y est construit son identité, de clubs gay en arrière-cours interlopes. Après quasiment 30 années passées dans cette ville insomniaque, c'est toujours avec la même fascination qu'il observe les corps en fin de course émerger dans les rues au petit matin, grisés par la fête, hagards, suants, sensuels. Depuis 2010, il leur tire le portrait en noir et blanc, une série de photos désormais rassemblée dans l'ouvrage Manhattan Sunday.

Lire la suite >
1