17:00 Blatouch *apéro intello*
La jeune intelligentsia tchèque s'y retrouve autour d'un svarzak (vin chaud), d'une Pilsen ou d'un thé. Sur fond jazzy, on observe les scènes de vie du Prague contemporain. Aucune volonté de changer le monde ; pas de discussion autour du dernier track dont tout le monde parle. D'ailleurs, personne n'en parle ici. Les chiens sont calmes et omniprésents. Et on discute, on rigole, on lit, on joue aux jeux de société (en libre service sur l'étagère dans la salle au fond). Rien ne presse ; il fait froid dehors mais chaud ici. Le bar se remplit doucement d'étudiants, de profs, d'intellos ou de passants, qui s'y arrêtent presque par hasard. On prend son temps, et ça fait du bien. Bienvenue à Prague.
www.blatouch.cz Americka 17, Praha 2


18:00 Ridgeback *shopping*
Dur, voire impossible de trouver ce bar sans le connaître. Une façade en verre qui laisse entrevoir l'entrée d'un PMU local et un escalier. C'est l'escalier qu'on descend pour retrouver la communauté africaine de Prague. Une communauté ultra minoritaire, qui comme gagne-pain, accoste les touristes anglo-saxons sur Vacklavske Namesti pour les envoyer aux bars à putes du quartier. Rien de tout ça ici, la bonne ambiance règne. Facile remarque. Il suffit de sentir. Tout le monde est défoncé à la meilleure weed de la ville. Et c'est ce que ces jeunes tchèques sont venus chercher. Dans la salle arrière, anglophones d'un côté, francophones de l'autre. Choisis ton camp. Si t'es en quête, tu trouveras tout (il suffit de demander), tu te feras des nouveaux potes et tu comprendras que la vie n'est pas toujours facile à Prague. Et bien sûr, tu sortiras défoncé avec des bons plans pour la soirée.
Zitna 41, Praha 1


20:00 Fraktal *let's eat*
Métro, tram, direction Letna, ce quartier des jeunes cadres tchèques et expats. Le Fraktal, un resto-bar mi-trash mi-design où la bouffe est bonne et la clientèle, artistique et cosmopolite. Avec la salle du bar et ses tables en mezzanine comme unique décor, l'endroit serait dément. Mais non ! Un couloir à l'arrière, on passe par la cuisine, des tables aux formes diverses, les lumières rouge jaune, encore une salle loin à l'arrière. Et là, quelques marches et encore une petite salle. Plus sombre et plus intimiste. On se demande ce qui se passe là, après avoir digéré d'excellents hamburgers, quesadillas ou ribs à la nilson. Trop bon, vraiment.
www.fraktalbar.com Smeralova 1, Praha 7


21:30 Wakata *digestif*
A deux pas du Fraktal, un petit bar électro de quartier, un brin destroy. Le DJ mixe une tech break (et oui, c'est à la mode ici) au milieu de la pièce. On est agglutinés autour du mini-comptoir à alterner shots de slivo (l'alcool de prune local) et de Zubrowka. C'est bon on tient le coup. Mais les jambes fatiguent. Direction la salle arrière, qui ressemble plus à un squat berlinois des années 90 qu'à un bar tchèque. Deux nanas au baby dans une autre salle, dédiée au sport national. « Come play with us », nous proposent-elles avec un sourire charmeur. OK. On boit, on se marre, on joue, on roule. « You're French, you like wine, no ? Come, I'll take you to a wine bar ». On est partis.
www.wakata.cz Malirska 14, Praha 7


23:00 U Sudu *mise en jambe*
Ah ouais super. Un comptoir, des quinquagénaires et quelques tabourets. Non ? On continue à l'arrière. Un petit escalier (caché) en colimaçon qui descend dix mètres sous terre. Des caves, reliées entre elles par des passages souterrains. Là-bas, au fond à droite, derrière les toilettes, le DJ mixe un bon vieux reggae. Normal, c'est la pièce des pétards, des jolies brunes à dreads et de leurs chiens. Marche arrière, salle des baby-foot. C'est plus jeune et plus masculin mais tout aussi roots. On prolonge le long couloir. La lumière tamisée rend beau, on croise quelques jolis regards d'étudiantes. Au fond, une nouvelle salle. Zique plus hip hop ou électro. Encore un bar. On commande une bouteille de vin pression, et on se pose. Mais il est déjà l'heure d'y aller. Que la fête commence.
www.usudu.cz Vodickova 10, Praha 1


23:00 Blind eye *bienvenue à Zizkov*
Que d'efforts pour y accéder. Il faut monter la colline de Zizkov. Ce quartier dégage cette atmosphère si particulière des villes de l'est. Soi-disant le quartier avec le plus de bars par habitant (non vérifié), c'est un autre Prague, d'artistes fauchés, d'ouvriers, et d'expats attirés ici par hasard. Le Blind eye, tenu par deux américains, Noah et Mathew, galère pour survivre. Les flics ne l'aiment pas et le bar ferme officiellement tous les quelques mois. Pas de soucis. Quand le store est fermé, sonne à la porte d'à côté. On viendra t'ouvrir. Impossible de la caractériser. Un soir il est blindé des punks du quartier, un autre deux jeunes autrichiens mixent une électro des plus expérimentales. Mais toujours God only loves des Beach Boys vers 4h du mat quand la boule à facettes se met en marche. Un mercredi plein à craquer et la soirée de ta vie, un samedi, pas un chat. Aucune cohérence. Ah si, toujours les quelques habitués bohêmes qui y passent leur nuit. Ici, on s'en fout de combien tu gagnes, de ton taf, de ton style. T'es ici, au Blind, et c'est ça qui compte. Du cosy au destroy, du trash au glamour. Blind eye, Zizkov.
www.blindeye.cz Vlkova 26, Praha 3


01:00 Akropolis *que la fête commence*
On continue la montée. Pas loin, 100 mètres seulement, juste en dessous de la tour TV de Zizkov. L'Akropolis, salle de concert et club, est une valeur sûre à Prague, surtout avec la soirée reggae du dimanche ou hip hop du mardi. Le reste, c'est éclectique, mais souvent électronique et plutôt pointu. On y retrouve le tout Prague noctambule. Branché ou pas, on passe à l'Akro. La salle de concert est grandiose. Les trois autres salles sont plus petites et plus sombres. Et on déambule de salle en salle, funk dans l'une, drum&bass dans l'autre. Quelques touristes de l'auberge d'à côté n'ont rien compris. Mais si ! Bois ! Fume ! T'es à Prague. On retrouve notre dealer du Ridgeback, nos amis du Wakata, et Mathew du Blind qui est venu faire un tour. Mais les décibels ne montent pas assez. On veut clubber.
www.palacakropolis.cz kubelikova 27, Praha 3


03:00 Roxy *dance*
Le club électro incontesté de Prague. Y'a toujours des rave dans des entrepôts en banlieue, ou des soirées électro éphémères dans théâtres ou autre lieux culturels de la ville. Mais le Roxy est à Prague ce que le Rex est à Paris, la Fabric à Londres ou le Watergate à Berlin. Un grand club et une des références d'Europe centrale pour les DJ en tournée. Une grande salle, un excellent sound system et la culture VJ en prime. Sur le dancefloor, ces magnifiques Russes et leur gorille ; les Tchèques qui n'ont pas peur de sortir seuls et de baiser en toute discrétion sur les recoins moins illuminés et quelques touristes ricains qui n'ont toujours pas compris ce qui leur arrivait. Et les rencontres faciles. Une belle Russe me plombe par son regard. Tu veux des feuilles ? How many ? Ah tu mets ta langue dans ma bouche, d'accord. C'est tout, et tu pars où ? Peut-être dans les autres petites salles, complètement space. Décor rétro futuriste, qui rappelle Orange Mécanique. Le DJ passe une minimale bien dark. On s'assoit. Et on nous propose encore une partie de baby. Le club se vide. Dehors, je demande à la fille au baiser volé où elle va. Le clan of course. Le clan.
www.roxy.cz Dlouha 33, Praha 1


06:00 Le Clan *la descente*
Le club d'after, tenu par deux Français. Le clan, un club privé mais sans physio ; sans videur. Tu sonnes. Tu paies une maudite somme (vraiment maudite) et tu rentres. Normal, tu traverses pas la moitié de Prague pour être foutu à la porte nous dit-on ! Qu'on est loin du Paris Paris. Les escaliers descendus, la définition du trash glamour prend tout son sens. Un des lieux les plus branchés et défoncés de la ville, mais à cette heure-ci, personne ne sait exactement qui il est, avec qui il est arrivé ou avec qui il repartira. La couleur : rouge velvet. Les tables miroirs sont toutes recouvertes de pailles et de poudre blanche. On traverse la salle. Au fond, une deuxième salle, la salle des « very special people » (pas de VIP ici, on l'aura compris). C'est glauque et décadent, mais sans qu'on puisse en donner une raison. La musique est soft, les gens rigolent ou s'emballent. Rien qui laisse présager ce malaise. Trop de mélanges ? Trop de découvertes ? Ou est-ce juste l'effet du clan ? Il faut sortir prendre de l'air.
www.leclan.cz Balbinova 23, Praha 2


08:00 Le Pont Charles
Le soleil se lève. Les rues se peuplent. Les labyrinthes sont vidés de leurs cadavres. Tout semble si différent. Le château prend des airs protecteurs. Ce pont Charles vide sans touriste, une des plus belles scènes urbaines. Prague, à ce soir.

 
Par Jérémie Feinblatt // Photos: DR.