+ 1 : Adjectif qualificatif et distinctif . Ex. : « Je suis + 2 à la soirée Universal et toi? ». « +3 » et supérieur est d'usage rare. Voir liste.

« 1 à 2 » : 35 euros + 35 euros. S'inquiéter quand vous glissez du « 1 à 2 » au « 2 à 1 ». Synonyme : coprod.

2/2 (en) : Dans 3 heures. « Je suis là en 2/2 t'inquiète ».

Abusé : Pour le branchet, la frontière entre participe passé et adjectif est depuis longtemps dépassée. « Elle avait un shorty ras-la-moule la catin, c'est abusé ».

After : Regroupement de masochistes insomniaques et/ou sexomniaques.

Agenda : Programme chargé de ceux qui font 8 soirées en 1 : « J'ai un agenda vernissage avant le concert de M.A.M, après je passe faire une bise aux Petits Petits Poney qui mixent au Gros-Souci, j'ai un plan chez l'habitant à côté et ensuite j'ai promis à Olivier de passer à la Comtesse, et y a peut-être un after vers Gallepi à la fin. »

Agress : Désigne tout phénomène qui frappe par son ardeur excessive (film, individu, clip, shot mélangeant 8 digestifs minimum, technique de drague à l'arme blanche, séjour non désiré dans un coffre de voiture).

AKA : Tout branchet se doit de posséder un nom de catcheur ou de pionnier hip hop 80's s'il veut se faire respecter passée une certaine heure. Ainsi, après 23 h 30, Léopoldine devient Léopoldine AKA Santa Muerte, et Gaëtan est plus connu sous le nom de MC DJ.

A la fois : Remplace « en même temps », démodé. Sert à revenir sur ce qu'on vient d'entendre pour être finalement d'accord avec quelqu'un qui a plus d'entrées dans le monde de la nuit que nous. « T'as raison mais à la fois physio ça peut-être hard, les gens sont agress ».

Allo apéro : Composez le 01 71 71 69 69, puis le 15. Pour le 17, vos voisins s'en chargeront. Si, le lendemain, le dernier numéro composé sur votre portable est le 1111#34, voir Black out.

Ambiance : Pour le branchet, un advertif est un adjerbe . "Attends c'est ambiance je me la raconte ici ou quoi ?".

Ambiancer : Harceler autrui à propos d'un projet incertain (clip, long-métrage, long-métrage sur le monde du clip) en lui parlant très près de l'oreille, très fort.

Ami : N'existe pas chez les branchets. On parle de collègue ou d'associé. Synonyme : personne à qui on doit de l'argent.

Apéro : 1. (ancien) Verre amical pris avant le dîner, entre 17 h 30 et 20 h 30 en général. 2. (branchet) Repas liquide s'étendant sur 18 heures. « Le houblon ça nourrit, si, si, y'avait un docu Arte à ce sujet hier midi vers 17h. ».

ASAP : A Surtout Ajourner Poliment. « J'adore ce projet, je te rappelle ASAP».

Attendu : Ringard, à propos de musique ou de remaniement ministériel. Enfin plutôt de musique quand même.

Back up : Individu désigné pour finir ses jours si on n'est pas casé à 35 ans. D'ici là c'est open.

Bam ! : Interjection très utile pour se l'onomatopéter. « Et là bam, je croise Samantha Fox ». Eviter en revanche « bim ! », Sam c'est pas Sim.

Baronner : Tout lieu à la mode peut devenir un verbe exprimant le fait d'aller dans ce lieu à la mode. Attention aux ambiguities dans certains cas : réginer, queener.

Big up : Formule de politesse. « Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mon big up ».

Berlin : Depuis 1943, c'est redevenu coolos.

« Bien remis d'hier ? » : « Non, l'horreur. Une caïpirinha steuplé». Voir rehab.

Bise : Avec option sur le « a ».

Bitcher sur : Faire sa chafouine sur tout sujet.

Black out : Un black out est attesté lorsque vous rendez compte au réveil que vous avez appelé tous les numéros de votre répertoire entre 2 heures et 8 heures du matin, y compris le vôtre. Si vous ne vous souvenez de rien, c'est normal, c'est le principe même du black out. Répétez donc l'opération. Voir Black out.

Boloss : Un duper, un looser. Antonyme : un boss.

Bouger : Horizon inatteignable de l'apéro chez l'habitant.

Boulet : Véritable Henri Guaino du branchet, le boulet aime la France, emploie des mots en -isme, semble légèrement hydrocéphale et montre très rarement son cul.

Boss : Chameau cool.

BPM : Coefficient de déchiritude nocturne. « C'était une soirée à 180 BPM, oublie, j'ai dû me supa poutrasser pour assurer comme un winneur. »

Bullshit : En toute circonstance, plus chic que « bouse de vache ».

 


C : (Variantes : Caroline, Corine, Coluche, ou « nouvelles invitations »). Toujours préciser qu'elle est coupée (ce qui commence également par C).

C'est l'aVenir ça : Avec un grand V, pour Vodka. « Attends mec, Internet en 3D, c'est l'aVenir ».

C'est fun : Se dit d'une situation qu'on trouverait drôle si on n'était pas aussi snob. Plutôt que de dire « ça m'éclate » (trop Club Mickey) ou à l'inverse « c'est scandaleux » (trop Club de l'Horloge), on choisit « c'est fun », et a priori tout le monde nous trouve cool. Ce qui est d'ailleurs assez ringard. Ce qui est d'ailleurs assez fun. Cool.

Ça déchire : Le champ lexical de la torture médiévale est indispensable au branchet pour signifier son enthousiasme. (Variantes : c'est mortel, ça défonce, ça tue tout, ça déboîte, ça défouraille, ça écartèle tout, ça catapulte).

Cake : fake. Voir fake.

Capter (se) : Etres insaisissables dont les ailes de géant les empêchent de marcher, les branchets ne prennent jamais réellement de rendez-vous. Leurs trajectoires aléatoires peuvent néanmoins se croiser par hasard, au gré du vent. « On essaye de se capter ce soir, je sais pas encore où je serai ».

Catin : Désigne la femme, ou plus souvent l'homme, dans un couple libre. Lorsque par ailleurs elle lit des livres, on parle alors de catintellectuelle.

Chanmax : Truc chanmé dont on se tamponne.

Chanmé : Cheap. Voir chic.

Cheap : 1. Chic. Voir chanmé. 2. Pas top pour les réssoi mais sublime pour les collants.

Chécher (tu l'as) : Synonyme de « bien fait pour toi papa » ou de « ça te pendait au nez mémé ».

Checker ses mails : Seulement quand c'est important. Ex. : en arrivant à un dîner chez des amis : « Ah merde j'avais pas eu ton mail avant de venir, j'ai pris du blanc et pas du rouge ».

Chelou : Bizarre. « Chelouche » est attesté, mais seulement si vous êtes une Suédoise à strabisme.

Chez l'habitant : Mieux vaut rester chez l'habitant plutôt que de moisir dans le dernier endroit à la mode où vous vous alliez déjà que tout le monde s'y rue. Peut également désigner l'appartement d'un fuck buddy. « J'ai fini la soirée chez l'habitant ».

Chic : Chanmé. Voir cheap.

Chiller : Glander. Sauf au Chili, où on dit "francer". Ex. : « Je chille sur Internet [Pornhub/Spankwire/Pornhub/Youtube/Xhamste/Lemondediplo.fr/Latinashemales.com]».

Chou : Lorsqu'il s'applique à un homme, cet adjectif signifie « plutôt crever que coucher avec ce ragondin ». Fonctionne également pour les vidéos YouTube de chats, même si certains chats sont clairement baisables.

Code : La mémoire, c'est ringard. « Tu me textoteras le digicode sur mon iPhone, ça fait que 23 fois que je viens chez toi. » A noter qu'à la 24ème visite, le code remplace le nom de famille, et on parle ainsi de Laura 94A25 ou Nico A196C. Voir digigode.

Collègue : De bureau, mais au bar seulement. Au travail, ledit collègue sera nommé « sale alcoolo ».

Confirmer : « T'as confimé toi , pour le dîner chez machin ? ». Si vous n'avez pas pu confirmer à temps pour ce type de rendez-vous important, proposez une visioconférence.

Connerie : Relation sexuelle non assumée mais renouvelée à chaque fois que vous perdez vos clés, volontairement ou non.

Copiercoller : Quand une conversation est brillante et contient au moins une idée qui va révolutionner le monde de la pub mais qu'on a peur du black out rapport à l'alcool, on demande au capitaine de soirée : «Copiecolle, putain, c'est trop l'avenir.»

Cruiser : Roder en mode scientologue en feignant l'ennui et la sérénité à la fois, pour mieux pécho des mecs.

Da : Indispensable pour signifier qu'on vient de le ghetto. Ex. : Da shit, da ftpunk.

Dans ton cul : Dépassé dans la conversation de tous les jours, ce célèbre running-gag est cependant très précieux pour aller à l'essentiel en fin de soirée. « On va où ?/ Dans ton cul ». Voir pratiquante.

Dass : Un branchet est toujours peu ou prou un enfant du dass.

Dark : Is the new black.

Date : Fist avec option sur resto. Dans l'ordre inverse, on parlera de rendez-vous.

Dead (c'est) : Se dit d'une mode ou d'un lieu, pour exprimer son caractère anthume. « Le Capri Capri c'est dead ».

Debriefer : 1. Evaluer le QI des convives après un dîner. 2. Expliquer après coup comment on a réussi à ne pas rentrer avec la meuf sexoche dont je te parlais hier soir - pas le crapaud, l'autre.

Déchiré : Le champ lexical du monde de la boucherie est indispensable au branchet pour signifier qu'il est un peu pompette. Variante : déboîté, découpé, défoncé, désossé, dépiauté, dégorgé, dépouillé. Voir ça défonce.

Dégénéré : A l'inverse des nazis, le branchet aime tout ce qui est dégénéré : livres, disques, collègues, apéro, art contemporain avec des néons, enfants avec des têtes bizarres. Ex. : « je kiffe le gosse dégénéré qui joue du banjo dans Delivrance / Grave, ça catapulte ».

Dégénéréac : ancêtre rock du branchet, pour qui c'était mieux après.

Démonter : Baiser façon Lego.

Digigode : Code pour rentrer dans une personne. Voir code.

Direct : Différé. « Direct, on se capte la semaine prochaine, ou celle d'après ». Voir capter (se).

Dossier : 1. Cacan moderne. « On debriefe le dossier du soit-disant 3some de ton pote hier ? » 2. target sexuelle : peut dans ce cas être « gros », « en cours », mais rarement « traité ».

Down : Désigne le niveau en-dessous duquel les petits matins du branchet chantent. Voir « bien remis ?».

Dur : Disque dur de graphiste ou de selector. Ex. : « Je passe avec mon dur pécho du onss chez toi ».

Dress code : Tenue exigée ou désirée pour se rendre dans un lieu. Rémunérée en général par une entrée gratuite ou l'air con. Ex. : Converse pour tout le monde, look Deer Hunter Thompson, underdress, sosies de rock star, trash-punk-Kiliwatch-6e arr, chapeaux verts géants, strap-on qui pend.

 


En mode : sans "g". "je suis en mode strap-on en ce moment". Voir ZZ Top.

Eu : Lecteur assidu de Jacques-Alain Attalinc, le branchet est conscient que si l'argent favorise la liberté individuelle et les échanges entre les individus, il tend tout autant à renforcer le cynisme, le relativisme et l'inculture dans nos sociétés contemporaines en crise. Du coup il dit « eu » à la place de « euro ».

Eventé : Attendu. S'utilise également pour parler d'une femme.

Façon : Remplace dorénavant « genre » et définit une humeur ou une personne. Il est arrivé façon gitan ; on a baisé façon wildstyle ; je t'aime façon sexe ; je t'ai mouché façon Kleenex.

« Faire une phase » : Monologuer longuement sur un sujet qui n'intéresse personne, y compris vous-même. Ex : "Et là il me fait une phase sur son statut d'auto-entrepreneur avec le détail des charges et tout".

Fatal : synonyme de génial, en plus black panther-style. « J'ai grandi dans un gang à Baltimore et ce petit vin, je te le dis moi, il est fatal ».

FIAC : Ne jamais y aller cette année.

Fister : Filer un coup de main à un collègue ou à une catin.

Flasque : 1. (nom) Vade mecum indispensable de l'alcoolique mondain. 2. (adjectif) Etat d'un individu qui a fini sa flasque. Variante queer : fiole.

Focus : Arrêter les conneries. Ex. : « C'est bon maintenant je me focus sur 3 filles maximum par soirée ». Attention toutefois, en cas de focus excessif, aux risques d'autofocus (célibat + main droite).

FRACA : Indicateur de Développement Humain du branchet. Il s'obtient en additionnant les quantités d'alcool, de drogue et de poppers ingérées en un soir, combinées aux nuits blanches et aux bleus. 1 point d'indice FRACA = 1 mois d'espérance de vie. Pour une semaine standard, compter 64 points.

Frais : Se dit de tout produit culturel qui se conserve très peu de temps. Ex. : « Le dernier Uffie, c'est frais ».

Fuck buddy : Personne amoureuse de vous en secret. Voir réseau.

Genre : 1. adv. : synonyme approximatif de « approximatif » ou de « arrête de jouer les monte-en-l'air, avorton ». « Genre ! arrête d'agiter ta quéquette, si je te dis mon cul, c'est pas pour te l'offrir » 2. sociol. : les sociétés traditionnelles séparent culturellement l'humanité entre hommes et femmes. Les branchets en ont rajouté 6 ou 7 supplémentaires. On dira d'un barbu avec des talons ou d'une strip-teaseuse qu'ils sont des artistes qui "travaillent sur le genre". « Ah ouais genre, tu t'es pris pour un transgenre ».

GHB : Cocktail spécial soirées enlèvements (1/3 Gin, 1/3 Highland Malt, 1/3 Bailey's).

Ghetto : Désigne l'état d'esprit du branchet qui porte des Nike vintage à scratch, ou un sac banane Grandmaster Flash. Ex. : « J'adore Pimp My Ride», « Check mes Pump ! So ghetto ».

Godemichet : Lecteur assidu d'Ovidie, le branchet sait que son corps lui appartient, et que les jeux et jouets pour adultes, c'est pas sale. Sauf le nom quand même. Du coup, il n'emploie jamais les termes « godemichet », « olisbos », ou « tractopelle équipé de pinces à seins », mais plutôt « ami imaginaire », « sex toy » ou encore « Frédéric Lefebvre ». Ce qui passe mieux. Ce qui n'est pas rien en l'occurrence.

Grave : Nouveau « oui ».

Gredin, gredine : Synonyme : chenapan, chenapine. Ex. : « On va où ? Dans ton cul gredin(e) ».

Gros (adj et apostrophe) : A utiliser exclusivement pour héler vos amies un peu jolies. « Yo gros, ça va ou bien ? ». Voir pédé.

Hardcore : Apostrophe admirative. « J'ai scoré façon 3some hier soir mec / Hardcore ! / Attends check, j'ai vomi dans le taco aussi ce matin / Hardcore ! / Grave, hardcore ».

Happening : Il ne s'y passe jamais rien. Synonyme : vernissage.

Heures : Sujet préféré des intermythos du spectacle. « Faut que je fasse mes heures l'an prochain ».

High-level : Jeune personne qui place la barre très haute.

Hipster : Individu dont les contractions spasmodiques involontaires du diaphragme, suivie d'une fermeture brutale de la glotte, sont parfaitement assorties à sa coiffure asymétrique. Hips don't lie.

Hype : Terme au pouvoir auto-annulatoire : on ne peut être hype et le dire. Ex. : un hypermarché n'est pas hype.

Hypédophile : Individu traquant la slovène prépubère en discothèque au moyen de son appli pedobear-GSM.

Indice de masse corporelle : Se calcule en divisant le poids en kg par la taille au carré en centimètres. Utilisé par les branchettes pour surveiller leur ligne, et ignoré des branchets pour lesquels de toute façon il n'existe que des bonnasses, comme celles qui font des signes qui veulent rien dire avec les doigts devant leur bouche sur les photos de soirées.

Improbable : Se dit de l'appartement d'un ami rentier, d'une situation qui se renouvelle systématiquement tous les week-ends ou d'une personne dont il y a peu de chances qu'on réussisse à définir la sexualité avant la fin de la soirée.

Interdit : Adjectif à employer suivi du nom du lieu où l'on vous a surpris en mode chafouin avec une flasque. « Je sors pas ce soir, je suis interdit de Moune, je me fais un peu oublier ».

Instal' : Première oeuvre d'un ami qui sort des Beaux-Arts, l'instal' est en général constituée de tickets-boissons non utilisés, de vieux CDs d'eurodance, et d'un néon. Cet ensemble mobile, qui interroge les impasses de la société de consommation, est exposé le jeudi de 13 heures à 19 heures toutes les vingt minutes dans un lieu sauvage dévoilé la veille par SMS, façon flash-mob.

In : Out. Voir out.

Irréel : Désigne une personne qu'on aimerait pourtant bien palper. « Ce mec est irréel, je peux pas croire qu'on respire le même air, t'as vu ses Air Jordan V ? ».

Ista/ isto : Suffixe de base pour tout néologisme modeux et chapeau de presse féminine. Ex. : fashionista, foodista, recesionnista, clochardisto, terroristo.

It's complicated : Désigne une relation amoureuse suffisamment satisfaisante pour qu'on la décrive au moyen d'une chanson d'Avril Lavigne.

It girl : femme sandwich jambon-nichons.

 


J'ai envie de te dire : Equivaut à bolder une phrase sur Word. Si on n'écoutait pas vraiment notre interlocuteur, ne retenir que ce qui suit cette expression devrait réussir à nous remettre sur les rails. Réponse obligatoire : « Je sais, tu viens de le dire ». Voir on va dire.

J'avoue : Sauf sous la torture. Peut être doublé si, vraiment, vous avouez. « J'avoue, j'avoue. ».

Je reviens vers toi : Cette phrase n'est pas le titre d'un film psychologique français qui se passe dans le VIe arrondissement avec Mélanie Laurent, mais une formule de politesse qui remplace désormais « dont acte » . Variante: « Pars vite et reviens tard, ne t'inquiète pas, je vais bien, mais je n'irai pas danser ». Voir ASAP.

Jouer : Passer des mp3. « Je joue Chez Foune ce soir. Tu passes ? ». Voir Spinner.

Juste : 1. Grammaire : Nouvelle virgule. « Quand tu y penses, juste ce mec est improbable » 2. partying : Situation financière du mardi matin.

Kawai : A l'instar des sushi bars français, ce terme n'a aucun rapport avec quoi que ce soit qui viendrait du Japon.

Keugré : A consommer de préférence à Répu ou Pigalle, et sans oignons en cas de bise. NB : si l'on se retrouve avec un grec, un lundi, à 20 heures devant le JT de M6, tout abandonner et s'imposer un blackout sur le champ.

Lever (quelqu'un) : Tomber bien bas.

Like dis : Toujours prononcer D pour le "TH" américain. Ainsi les gens croient qu'on est ghetto alors qu'en réalité, on pratique le hype-slang-yogourt depuis le premier Tupac.

Liste : Terme polysémique. 1. « Tu me mets sur la liste hein ?» = « Hors de question que je paye pour ton concert d'electronicasse-couille ». 2. « Je t'ai mis à +3, comme ça si tu veux venir avec des copines... » = « Je souhaiterais gangbanger tes amies ». 3. « Je sais plus si y a une liste » = « il y en a une, et j'ai oublié exprès de t'y mettre, toute façon je vais pas me traîner toute ma vie mes vieux potes maintenant que je suis passé dans Taratata ».

Live-twitter : Activité de blogguing-réalité destiné à commenter en temps réel des émissions de télé-réalité.

Lol : Toujours ajouter « le film ? ».

Lundi soir : Le week-end du branchet couvre une période allant du mercredi soir au lundi soir. Le mardi soir peut également faire partie du week-end, mais tout dépend du lundi soir. Voir apéro, rehab.

LSD : Shot de Vodka / Get 27. Surnommé ainsi parce que dès le quatrième, on devient immanquablement un hippie mangeur de fleurs.

Mariage : Enterrement. S'y rendre vêtu de noir pour exprimer dignement le deuil d'un potentiel fuck buddy.

Ma parole : Malheureusement différent de l'expression d'entrain du Sud, mais prononcé en terme de promesse :  « Ma parole on va changer l'industrie du disque ».  Synonyme : presque vrai.

Ma gueule : Interjection fraternelle entre hipsters. Possède l'avantage d'ouvrir et de fermer la conversation en un temps record et avec symétrie, steuplé. « Ouais ma gueule, ouais ». Variante 11 000 verges : « Ouais ma ghoule ouais ».

Mainstream : Flux masculin. Voir réseau.

Ma poule : Désigne mon pote avec qui je ne coucherai jamais, à la différence de mes cops ringardes qui fantasment encore sur les garçons qui se font la bise façon Miami Vice. Variante : « Mon poulet ». Astuce : effet garanti en décrochant son téléphone dans des endroits à dominante conservatrice.

Mate : « A 13 h, 13 h, 13h, mate, mate, mate, mate, c'est un 17 ». Attention : ne jamais utiliser le verlan « téma », pour éviter de laisser penser que vous regardez Arte.

Mate : (angl.) Fuck buddy Erasmus avec qui on a habité.

Mec (mecton, mec mec) : Interpellation entre filles qui vivent à la dure, boivent comme des cow-boys, fument comme des gitans, baisent comme des playboys et tiennent à ce que tout le monde le sache. Ce qui est d'ailleurs assez masculin comme attitude. Voir gros.

Même pas avec un bâton : Se dit de la fiancée de longue date d'un ami très musclé, qu'on ne toucherait même pas avec un bâton. Faux ami : la personne « no way ».

Meuf : Mot à placer en début de phrase, et servant à attirer l'attention dans une conversation entre vulves. « Meuf ! Ce mec est clando, il m'a fini mes clopes et refilé la gale, ou l'inverse, je sais plus ».

Meuge : Gramme, pour les vaches.

Mes couilles : Nouveau et caetera.

MILF : Le MLF met enfin les points sur les I.

Mon frère : les amis du branchets sont comme ses frères et soeurs, sauf qu'il ne couche pas avec.

MySpace : Meetic des zicos (2005-2006).

 


Nanani, nanana : Expression quotidienne synonyme de "etc." à employer si vous êtes résolument freed from desire.

Nevermind : Expression d'élégance qui consiste à ne pas paraître effondré quand un interlocuteur ne comprend pas de quel groupe de grunge vous parlez.

Nice : Chouette et distingué, comme la ville homonyme. S'utilise aussi simplement pour reprendre sa respiration en opinant du chef dans une conversation qu'on ne comprend pas tout à fait.

Nigga / négro : Petit sobriquet affectueux dont s'affublent les Blancs.

Nirvana : Toujours utilisé avec « revival ». Etre « dans une phase de revival Nirvana » est un mood qui revient plusieurs fois par an, ce qui est contradictoire avec le principe même du revival, ce qui est cool.

No way : Ou no fuckin' way, si vraiment, il y a no fuckin' way du tout.

Nymphomanie : Trait non distinctif de la société branchette (smiley ironique).

Off : « être en mode off ». Eteindre son putoscope (clignotant de disponibilité sexuelle) pendant quelques jours.

On se tient au jus : Se dit vers 19 heures au téléphone concernant le déroulement de la soirée entre des gens qui n'en n'ont absolument pas besoin puisqu'ils fréquentent irrémédiablement les mêmes 3 bars de Paris et finissent toujours par se tomber dessus.

On va dire : Non merci, tu viens déjà de le dire. Tu vas le redire du coup ? Voir J'ai envie de te dire.

On voit : expression dilatoire permettant de ne pas trancher entre les 34 options de bougeage possibles, et nettement plus élégante que "j'ai pas une tune pour le taco, et j'ai trop la flemme de prendre le trom' avec les pauvres". Ex. : "Ecoute, là on est là pour l'instant, mais on se rappelle et on voit". Voir capter (se).

Opé : 1. (adj.) Pouvoir mettre un pied devant l'autre et recommencer sans se vomir dessus. « T'es opé pour donner ton adresse au tacos, là, ou tu vois flou ? ». 2. (nom commun) : Expédition consistant à aller acheter des substances pour tout un groupe d'amis. « C'est au tour de qui de se faire une opé ? ».

Open mic : Micro malheureusement ouvert.

Open relationship with : Mention permettant de dévoiler l'identité de son meilleur ami sur les réseaux sociaux.

Openspace : syn. : Salo(o)n.

Oui : Ne s'utilise plus que par texto (orthographié alors « wé ») car remplacé dans le langage courant par grave.

Out : Se dit de ceux qui utilisent le mot « ringard ». Voir éventé.

Out of my mind : Voir dans ton cul.

Ouzo : Vodka d'invertis. Voir Saké.

Overdose : A pour conséquence d'effacer le numéro d'un ami qui gère mal le rapport shots/textos.

Over the top : Désigne le fait d'être en mode « je vous prends toutes au bras de fer ce soir ».

Oxox : XOXO en verlan. Voir date.

Package : Réussir à bien manger et bien boire ou à faire l'amour bi-goût (devant/derrière). 

Parano : Impossible à définir de peur que quelqu'un ne vole la définition. 

Pas top : Vraiment à chier.

Peace : Hug virtuel.

Peta : Subtiliser un manteau de fourrure à quelqu'un. 

PD : Doit exclusivement désigner vos amies hétérosexuelles. Voir mec.

Physio : Toujours demander si tu le connais toi. 

Pigalle : Place de Paris où les gaupes sont maintenant habillées avec des T-shirts à imprimés animaliers (loups, dauphins) au lieu des strings léopard d'antan. 

Pillule : L'amie Ricoré des lendemains branchets.

Pim's : Garçon enrobé de chocolat mais constitué de gélatine orange à l'intérieur.

Poker (soirée) : Moyen de contraception efficace à 100 %. 

Poppers : Produits symbolisant l'euphorie des premières heures de l'Ouverture.

Pornhub : Wikipédia branchet. 

Pot : Pourri en général. 
 
Poulbeur :
Poulbot maghrébin. Porte gavroche, aime le jazz et Jean Gabin.
 
Poulette : Petit mot affectueux dont on affuble une ancienne ennemie menaçante sur le plan sexuel, depuis devenue moche et/ou une alliée. Syn. masc. : ma couille, ma gueule, refrè.

Poutrasse : Drogue de synthèse ou fille de mauvaise vie. 
N.B. : Attention donc aux quiproquos quand on demande « il me faut de la poutrasse, tout de suite, j'ai des Eu ». 

Poutrer : Faire l'amour de manière un peu rosse, en Normandie.

Pratiquante : Sodomite. 

 


Pute : Adjectif qu'utilisent les filles pour qualifier une autre fille possédant une plus grosse poitrine. Les hommes préféreront dire « femme de ma vie ».

Race : Toujours celle d'un autre ou celle qu'on se colle. syn. : caisson, minasse. 

Rehab : Courte période de mise au verre située entre l'apéro et le black out.

Relourd : Verlenvers de lourd. Le verlan « relou » est considéré comme relourd aujourd'hui.

Rentable : Se dit d'une personne sans intérêt mais qu'on fréquente intimement simplement parce qu'il a ses entrées partout et qu'il connaît les Ratatat par exemple. L'individu rentable peut être aussi appelé « pass ». Ex. : « Ton mec il est rentable ou pas ? / Attends, grave, c'est mon pass pour les backstage de RES cette année ».

Represent ! : Catchword pour étudiants d'école de commerce, prononcé en général au climax de la soirée d'intégration à l'ESC Béziers : le barrage de sein.

Réseau : Maillage urbain des fuck buddies actifs. « J'ai pas de réseau ce soir ».

Réssoi : Mini-boum pour adultes. Ça catapulte, tu peux venir en étant sur d'avoir 10 minutes d'eurodance et si tu viens avec que de la bière, c'est OK parce que les hôtes ont acheté des bouteilles de Zub pour les invités. 

Saké : Vodka du trottoir de la rue Sainte-Anne. Voir shot. 

Salement : A proprement parler : excessivement. Ne doit s'utiliser que de manière méliorative : « Je suis salement fan ».

Schlag / schlagos : Adjectif, synonyme de craignos dans le vocabulaire branché des années 80, ou bien de punk à chien dans les années 00. Ex : « Il s'est pointé super tôt à la soirée, mais laisse tomber, il s'était parfumé à la 8.6, il ressemblait plus à rien, trop schlagos ». 

Scorer : Jouer à touche pipi avec un maximum de targets. 

Sérieux : Synonyme de « ah ouais non mais là c'est limite trop pour moi mec ». Sa prononciation est ordonnée au degré de sexyness de la personne que l'on vient de croiser dans la rue. « Non mais t'es sérieuse là ? ».

Sexoche : Personne sexy et moche.

Sexodrome : Toute réssoi qui dure un peu tard, voire tôt, DOIT se finir au rayon « mature et/ou nains » du Sexodrome, à Pigalle. De préférence jadis en présence de l'artiste transformiste Badabou. 

Sheitan : En raison de son origine asiatique, ce terme passe mieux que « j'ai le démon » pour l'homme des bois fraîchement débarqué dans la Ville Lumière. Malheureusement, en raison de l'existence du film homonyme, il est aujourd'hui totalement interdit de l'employer. 

Shot : Format très prisé par la pucelle Erasmus et par son premier bourreau qui le lui offre en buvant un demi. Mais ça elle est trop pucelle pour le voir venir et de toute façon elle ne parle que le danois. Si le bourreau tient à ce que la victime ne porte pas plainte le lendemain, il opte pour sa variante LSD.

Son : Complété par « gros » ou « petit », ce terme désigne une grosse ou petite tuerie musicale. Pour ne pas froisser son interlocuteur, on le transformera par « sympa ton track ».

Soft : Jus de fruit accompagnant un alcool fort. N'en demander qu'en cas de doute sur alcoolisme de votre interlocuteur, car vous vous préférez tout pur en vrai, mais c'est la honte.

Spé : Définit une personne proche de l'impropable mais bénéficiant de ce petit quelque chose intriguant qui nous pousse néanmoins vers elle : championne d'Ile de France de mâchoire prognathe, autiste mondain(e), ex-fuck buddy transgenre, etc.
 
Spinner :
Synonyme de « passer des disques », pour les DJ autosexuels. « Spinning tonite @Un bar, with DJ Onanisto & DJ Samuel Auguste Tissot».
 
Tabou : Le branchet n'a pas de tabous, à l'exception de la pédozoophilie. Et encore. Voir hypédophile. 

Taf : Pause travail. 

Taiser : Immobiliser de manière électrique et à des fins baisatoires une personne qui bougeait un peu trop.

Taratata : Tout le monde connaît un groupe qui perce, tout le monde a d'ailleurs couché  avec eux à leur époque Flèche d'Or. « Et toi, tu le fais quand ton Tararata ? » 

Tapée : Se dit d'une femme au cuir buriné, notamment au niveau du visage. 

Taper : 1. Emprunter sans avoir recours à la violence. 2. Action réalisée peu de temps après l'emprunt. Voir 1 à 2. 

Target : Cible à atteindre avec sa fléquette, ou au lance-shot. Voir scorer.

Tatouage : Code barre indélébile de plus en plus répandu. Pour les plus téméraires, c'est l'illustration de leur AKA. D'autres se tatouent directement « AKA », pour aller plus vite et payer moins cher.

Teaser : Provoquer l'envie en accomplissant des exercices d'assouplissement consistant à mettre ses jambes derrière sa tête et partir en laissant le teasé , la queue entre les jambes. 

Tendu : Situation des blairs qui veulent rentrer dans une pièce VIP sans y arriver. Ou de ceux qui en sortent pieds nus alors qu'il commence à faire jour et qu'ils doivent pondre un spot pour un yaourt amincissant à la ménagère de 50 ans dans 20 min. 

Teste : Toujours au négatif. « Tu peux pas teste » : challenge lancé par les pimbêches qui se croient sexuellement épanouies. Voir Over the top. 
 
Thread :
 Long texto entre plusieurs collègues prétextant l'organisation d'un rendez vous pour ne rien faire de la journée sinon échanger des videos Youtube.
 
Tradi :
 Position du kama sutra, aussi appelée « à la papa-maman ». « J'étais trop rébou, on a baisé tradi ».

Travail (mon) : Oeuvre inachevée à l'insuccès anthume et posthume.
 
« Tu connais Untel ? » :
Sport préféré des parisiens lors d'une première rencontre avec autrui consistant à savoir qui kiffe qui et qui a refilé quoi à qui.

Tuerie : Personne qui provoque un arrêt cardiaque dès qu'elle secoue sa frange.

Twittos : Journaliste.

Über : Permet d'insister sur la fraîcheur de frais ou sur la méchanceté de chanmé. « L'Argentine, c'est über fun et supa européen ».

Underage : Toute personne dont la rage n'est pas majeure sera considérée comme trop jeune pour devenir un collègue.

Underground : Mainstream du branchet. 

Universel : Tout ce qui  concerne 0,03% de la population mondiale est potentiellement universel. « Tellement universel cet aftershow ! Si on n'arrive pas à y rentrer, on va s'autodétruire dans l'heure ! ».

Urbain : L'urbain ne connaît qu'une campagne : la londonienne. 

Useless : Ne pas avoir assez de réseau pour être considéré comme rentable.

 


Vas-y : Nouveau « au revoir ». « On se retrouve vers 21h? / Ok, vas-y ».

Vodka : Au même titre que le sel et l'huile d'olive, la vodka fait partie des ingrédients de base qu'on trouve dans la cuisine pour un plat réussi. 

Vista : Coup d'oeil panoramique sur une brochette de target. 

Vrai (en) : Répond à la réponse « grave ». « Sérieux ? / Grave. / En vrai ? »
 
Wacko : 
Personne qui n'est pas du jour, se nourrit de liquide et connaît tout l'underground islandais. Syn: demi-dieu. 

WTF : What to fuck ?

WWF : Will we fuck ?

Vénère (être) : Manquer une opportunité sexuelle qui semblait pourtant acquise.

Viteuf : Se dit de toute chose qui n'a pas été faite du tout, mais vite. « T'as bossé sur l'article ? Ouais viteuf ».
 
Vraguer : Vanner pour draguer, et inversement. Ex. : « Hé tu t'es pas fait trop mal ? / Mal Comment ? / Bah en tombant du Ciel, car tu es un ANGE. ».

Wannabe : Le branchet n'est plus un wannabe depuis longtemps, il est bi, point. 

Xcore : S'accole à tout propos, afin de l'exagérer. « ÜberhardcoreXcore » signifie donc « merveilleusement malsain », donc « frais ».

Xmas : Période de l'année pendant laquelle le branchet hiberne devant son Pornhub.

XXX : « Avec mes salutations distinguées, dans ton cul ».

XOXO : Quiproquo SMS. On croit que ça fait style genre Chuck Bass, alors qu'en fait ça fait juste Chuck Norris. Du coup, ça catapulte. 

Yatte : Yeukou des meufs. Voir yeukou.

Yes papa : « Oui Père ». Sont également possibles : yes papy,  yes papito, yes pepito, yes banjo, yes conichoua mec, yes Kid Creole. Existe aussi pour femmes : yes maman, yes mamy, yes MILF, yes Grace Jones, Yes Eartha Kitt.

Yeukou : Yatte des mecs. Voir yatte.

Yo : Nouveau « Allô ». « Yo apéro ? ».

Youporn : Ancêtre du porno 2.0, spécialisé dans le gonzo-camping et les webcams basse résolution. A aujourd'hui été remplacé par Online Video Guide (onglet « adult »). Voir Pornhub. 

Zeph' (dans le) : mettre quelqu'un dans le zeph' (littéralement « dans le zéphir »), signifie le mettre « dans le vent ». « Tu m'as encore mis dans le zeph', ça me donne envie de vom' ».

Zéro (repartir à) : Nouvelle vie post black out. 

Ziva : Expression permettant de retrouver les sensations de l'époque où on tenait absolument à être canaille. Limite gavroche. 

Zonage : Période de temps passée avec des collègues en terrasse pour débriefer la minasse de la veille. Commence au signal « Bien remis d'hier » et se termine par « c'est bon t'es opé ? ».

Zouze : Vraie petite copine officielle pour qui on arrête les conneries. « Sois chic : ce soir, n'évoque pas mon passé, j'amène ma zouze ».
 
ZZ Top :
Adjectif décrivant une soirée nickel, sans « L ». « J'étais en mode ZZ Top hier, j'ai scoré façon rough boy ».
 

Josselin Bordat, avec Manon Troppo (merci Flora Desprats, Shiningrubis***, A.C. et Crame) // Photos: Marco Dos Santos, Céline Barrère, Cécile Simon.
 

Le Bal des Branchets sera présenté le 8 février au Social Club. Plus d'infos: ici.