Enfin, me revoilà dans le game. Le cinéma, la vie, le polar, les confrères, les réceptions... Tout ça, ça m'avait presque manqué. Putain, ça fait du bien, l'adrénaline...  

... L'excitation du tapis rouge : 

1

2

3

La magie de la cérémonie d'ouverture : 

4

Du film d'ouverture : 

5

War on Everyone, de l'excellent John Michael McDonagh (voir L'Irlandais). Film plutôt très sympathique qui mélange humour noir et citations philosophiques venues de l'hyper-espace. Du bon buddy movie

Voilà, pour une première journée, je crois que j'ai pas mal bossé. Il est grand temps de découvrir la ville.

6

Dans un bar de la convivialité 

6a

Avec un patron de la convivialité 

7

8

9

10

QUAND TOUT À COUP : 

11

12

13

14

Bordel, Derrick a l'air sacrément déter. Faut que je trouve ce putain de boui-boui. 

Oui mais où ? Beaune est carrément bâti sur un immense gisement de vin. 

Et il y a des pipelines partout.

Putain, partout. 

15

16

17

18

19

20

Cette région est véritablement l'antre du vice. 

21

Bon, faut quand même que je mette un peu Derrick de côté et que je fasse mon taf. La réalité réelle me rattrape. 

22

23

Je dois aller voir des films. Retourner au cinéma de Beaune.

J'y ai vu : 

24

Le Caire confidentiel

Bonne grosse claque. Film de Tarik Saleh au réalisme très poétique. Des flics pourris font le tour de la ville pour récupérer de la thune. Description sans concession d'un pays gangréné par la corruption. 

25

Angle Mort. 

Film belge de Nadil Ben Yedir. Une pointure de la police belge mène une dernière enquête avant de prendre sa retraite et de commencer une carrière politique dans un parti d'extrême-droite. Évidemment, tout ça va partir en couille. 

Un The Shield-like bien cramé.  

26

Cold Hell.

Bonne grosse claque. Film autrichien de Stefan Ruzowitzky. Thriller assez asphyxiant qui repose en partie sur la très rude interprétation de l'actrice principale, Violetta Schurawlow. Ça casse des dents et en filigrane, on y questionne aussi l'Islam radical. 

27

Oui, Derrick. Je reprends mon enquête.  

Je dois questionner des gens à propos de ce mystérieux lieu de débauche. Je rencontre un ami communiste. 

28

Il me dit qu'effectivement, il a été victime d'un coma éthylique récemment, mais qu'il ne se rappelle absolument plus de l'endroit. «Va donc vers le nord-est de Beaune» qu'il me dit, «c'est la seule info que je peux te donner.»

28aCes enfoirés du FBI sont aussi sur le coup.

Je continue ma route dans cette direction. Surprise, j'y trouve le seul point d'eau de la région. 

29

Un peu plus loin, il y a Zazie. La vraie. 

30

Elle a la mauvaise habitude de se ronger les ongles. Je la détends avec un selfie pourri. 

31

Vu qu'elle est membre du jury «Sang Neuf» (le jury «décalé» du festival), je détourne son intention en lui posant quelques questions :

Salut Zazie. Tu arrives à sortir une tendance du polar dans ce festival ? 
Isabelle Marianne de Truchis de Varennes (Zazie) :
Le monde n'est pas en pleine forme, on sent dans pas mal de films une notion de stress, de trucs qui peuvent imploser à la moindre étincelle. Il y a moins de héros lisses, de cow-boys géniaux. Le polar, c'est une très bonne manière de peindre une société qui est pervertie en ce moment. Et en manque de repères.   

Zazie, aimes-tu le vin ?
Je ne bois pas d'alcools forts, en revanche le vin, je ne suis pas contre. On est en Bourgogne, j'en profite. 

Tu as un remède contre la gueule de bois ?
Boire tous les deux-trois verres l'équivalent en flotte. Mieux vaut prévenir que guérir, hein. Parce qu'on se déshydrate beaucoup les neurones. 

«Tout le monde, il est Beaune», ça ferait un bon titre de chanson ? 
Ahah, pas mal ça. 

PUIS

Dis donc, tu n'aurais pas entendu parler d'un lieu spécial qui produit des comas éthyliques dans le coin ?
Ah oui, j'en ai entendu parler...  Un membre de notre jury dont je tairais le nom y a sévi jusqu'à pas d'heure. Il a balbutié les mots «vaginal» ou «original» je crois... 

Merci Zazie. 

32

L' «original vaginal». Ok, j'ai une piste. Faut quand même que je retourne au cinéma de Beaune, voir des films. 

33

Message from the King.

Film de Fabrice Du Welz. Revenge movie bien gaulé et assez violent ayant pour cadre la faillite du rêve américain à Los Angeles. 

34

La Colère d'un homme patient.

Une bonne grosse claque. Film de Raúl Arévalo. Revenge movie très brut avec pour thème l'insoutenable violence de l'homme ordinaire (cf. Le vieux fusil avec Philippe Noiret).

Je rencontre d'ailleurs Raúl, le réalisateur. 

35

Sur cette violence si particulière, il me dit : 

«Mon co-scénariste est psy, et il m'a expliqué qu'après avoir tué une première fois, un déclic se crée, et ça devient ensuite presque normal de tuer, presque systématique. C'est ça qui rend cette vengeance dérangeante : on passe très vite de l'amateur au tueur sans pitié.»

Ce film est une vraie réussite. Par contre, je n'en sais toujours pas plus sur le «vaginal original».

Et faut que je file à la cérémonie de remise des prix. 

GRAND PRIX DU JURY EX-AEQUO :  

36

La Colère d'un homme patient, justement. 

37

Cold Hell.

On notera qu'ici, même les récompenses servent à boire du vin.

GRAND PRIX DE LA CRITIQUE :

39

Encore La colère d'un homme patient

GRAND PRIX DU JURY :  

Le Caire confidentiel. Mais le réalisateur Tarik Saleh n'a pu faire le déplacement. 

Voilà. Le festival se termine. Il me reste une nuit à tirer ici, et je n'ai toujours pas clôturé mon enquête. Affaire non-résolue ? Sans doute. La complexité du «vaginal original» aura eu raison de moi. Derrick doit pleurer là où il est. 

Je déambule mon spleen seul dans les rues de Beaune-la-Vicieuse, quand : 

40

41

42

Putain, ça ne peut être que ça : «vaginal», «original» : «O'Réginal» !

43

Faut que je rentre à l'intérieur, pour en savoir plus. 

44

45

46

C'est un véritable lieu de débauche ici. 

47

Je me rapproche de la source.

48

BORDEL, VOILA RÉGINE, LA RESPONSABLE DE TOUS CES CRIMES ÉTHYLIQUES. 

49

Ton compte est bon, Régine. Au nom de Derrick, je t'arrête ! 

50

Régine a malheureusement senti mon alcoolisme de journaliste. Elle me propose une bière. J'accepte. Je l'emmènerai au poste un peu plus tard, j'ai le temps là.

51

3 HEURES PLUS TARD

52

53

54

APOCALYPSE SUR DU MICHEL SARDOU

55