Glauque ? Sinistre ? Austère? Non, inquiétez-vous, les joies de la nuit Berlinoise sont bien pires que ça, et bien plus excitantes aussi. Tant que vous n'aurez pas longé les grandes grilles en fer qui mènent au Berghain/Panoramabar, franchi la porte lugubre du Kit Kat Club ou encore passé les tôles de fer qui encerclent le Bar 25, tout ce qu'on vous aura raconté sur Berlin ne restera que des mots vides de sens. Mais, après cette nuit, ils risquent fort de prendre forme de façon surprenante, à vos risques et périls ou de manière plus limpide, tout dépend de vos affinités avec les hallucinations et l'introspection psychédélique… Petit guide rapide mais utile des endroits les plus chauds de la capitale allemande.


Panoramabar/Berghain/Laboratory
Adresse : Rüdersdorfer Str. 70

Certainement le club de Berlin le plus fréquenté du moment et aussi le plus dangereux pour la santé. Le mot « décadence » prend tout son sens dès qu'on y est rentré. Les relations sexuelles de tout ordre y sont non seulement autorisées, mais même encouragées. Chaque type de sexualité a droit à son propre étage. Au premier étage le Panoramabar hétérosexuel, au rez-de-chaussée le Berghain majoritairement homosexuel et au sous-sol, le Laboratory, backroom dont je vous déconseille d'ouvrir la porte si votre intention n'est pas de finir attaqué d'office par une énorme bite.
Mais avant ça, il faudra patienter un bon moment dans le froid au milieu du néant. La décoration extérieure est des plus minimales : un grand bâtiment sinistre bordé d'un terre-plein digne des pires bombardements. S'en suivra un affrontement avec le Golgoth de l'entrée, un grand molosse bardé de tatouages et de piercings, qui même à -15 degrés ne porte guère plus qu'un gilet « peau de bête » ramené de l'époque préhistorique. Des bras qui font trois fois la taille de vos cuisses, des dents très noires et un air tellement amical... Si la plupart des clubs se réservent le droit de vous refuser l'entrée, c'est d'autant plus vrai ici. Mieux vaut baisser la tête, ne pas trop parler et suivre le mouvement. Le vigil est réputé féroce, et se réserve un droit de veto inconditionnel : votre tête ou votre allure ne lui plait pas, pas la peine d'insister, vous ne rentrerez pas. De toute façon, à la vue du monstre, vous n'oserez même pas y penser une demi-seconde…
Une fois la porte franchie, il vous restera à passer l'étape fouille au corps musclée : aucune drogue ainsi qu'aucune caméra et aucun appareil photo ne sont acceptés à l'intérieur. Aucun miroir non plus, mais de toute façon, avec trois extas dans le bide, tu ne verras plus rien…
Rassurez-vous, une fois toutes ces épreuves passées avec succès, vous pourrez tout de même goûter aux joies de la perte de neurones volontaire. Les règles anti-drogue très strictes appliquées à l'entrée n'ont d'égal que la facilité avec laquelle vous en trouverez à l'intérieur. Les plus gros dealers de Berlin y ont tous une place réservée à l'année et passent sans exagérer le plus clair de leur vie à l'intérieur du club. Vous arrivez, ils sont déjà là, vous partez, ils sont encore là.
Peu de gens vous parleront du Panoramabar en des termes conventionnels, du genre « la déco est géniale, les gens dansent beaucoup et la musique est chouette. » Après avoir passé une vraie nuit dans l'antre de la drogue et du laisser-aller, même votre façon de parler risque d'en prendre un coup et vous serez plutôt tenté d'expliquer votre périple en disant: « la musique suintait des murs, j'ai vu des gens rentrer l'un dans l'autre et ne faire qu'un avec les toilettes et le DJ avait des écailles qui lui poussaient sur les bras. »
Le Panoramabar/Berghain est souvent comparé à une espèce de gros monstre qui vous avale tout cru, vous mâche lentement le cerveau et vous recrache sans vergogne. Si vous en acceptez les conditions et que vous vous laissez aller à l'ambiance licencieuse qui y règne, plus qu'une simple soirée en club, votre nuit se transformera en un véritable voyage, au dépaysement tel que vous en oublierez l'existence de toute vie extérieure et de toute notion du temps.


Bar 25
Adresse: Holzmarktstr. 25

Le Bar 25 est le plus trash de tout Berlin, celui où les vrais junkies finissent leur week-end après 72 heures de fête non-stop. Vous pouvez décider d'y aller en mode « touriste » le jeudi ou le vendredi (c'est presque un bar normal), ou alors carrément le dimanche soir, comme les vrais Berlinois. Mais autant être prévenu tout de suite, vous aurez rarement croisé des gens qui puent autant. Normal, ils n'ont pas eu le temps de se laver depuis 3 jours, ils sont tous défoncés et se trimballent pour certains avec leur nourriture emballée dans de l'alu en guise de collier. Une vraie cour des miracles ! Il vous faudra slalomer entre les cadavres de ravers au bout du rouleau, les flaques de vomi et les crottes (de chien ???) pour atteindre le bar. Pour les filles, un conseil qui vaut pour tous les clubs en général : oubliez les talons, il faut quasiment traverser l'équivalent de la forêt amazonienne en pleine saison des pluies avant d'arriver où que ce soit.
À Berlin, il est d'usage de prendre une photo de ses bras parsemés de tampons d'entrée et plus il y en a, plus la photo est réussie ; l'avantage du Bar 25 est que si vous n'avez pas eu le courage d'enchaîner assez de soirées, vous pouvez ramasser n'importe quel bras qui traîne par terre et le photographier. Croyez-moi il fera parfaitement l'affaire.


Kit Kat Club
Adresse : Bessemerstr. 2-14

Le célèbre club à partouzes, gang bang, sado maso & Co de Berlin… Beaucoup moins glauque et beaucoup plus drôle que ce qu'on pourrait penser ! Aucune sensation d'être oppressé et, contrairement à d'autres clubs réputés plus sages, ici c'est propre, pas de sperme sur les banquettes, vous pouvez vous asseoir sans danger. Il fait clair à l'intérieur, aucun risque de se faire involontairement attraper dans un coin sombre. Les gens sont plutôt beaux, souvent déguisés, gentils et vous pouvez sans problème n'entrer qu'en « visiteur ». C'est le genre d'endroit où vous verrez la superbe fille que vous n'oseriez même pas regarder dans les yeux en la croisant dans la rue se faire méchamment prendre par deux molosses en plein milieu de la piste. Et le pire, c'est qu'elle vous regardera dans les yeux pour vous en faire profiter.
Inutile de vous préciser que les appareils photos et autres ustensiles voyeuristes sont absolument interdits. D'ailleurs, c'est le cas dans quasiment tous les clubs de Berlin, même si rien n'est indiqué à ce sujet. Les photos ne sont jamais que tolérées dans certains endroits, mais n'abusez pas, vous vous feriez virer direct.
Ici, vous reconnaîtrez rapidement les habitués, comme l'homme à la bougie, qui passe toute sa nuit à se masturber…devant une bougie, en vous souriant poliment, ou bien la serveuse et son déguisement de cow-boy, qui n'en porte que le chapeau.


Mais bon, Berlin ce n'est bien sûr pas QUE des clubs « échangistes, sado maso et compagnie ». La Panoramabar est quand même très reconnu pour la qualité de sa programmation musicale : Ricardo Villalobos, Richie Hawtin ou encore Luciano y jouent régulièrement. De façon plus aléatoire, le Bar 25 peut être aussi un très bon spot musical. En ce qui concerne le Kit Kat Club, je suis désolée, bizarrement là j'ai un peu plus de mal à me souvenir.
Et sachez qu'il existe aussi des « clubs » plus conventionnels. En voici quatre…


Watergate
Adresse : Falckensteinstr. 49a

Le club est situé sur le bord de la Spree, la Seine allemande. L'intérieur est très beau, avec tout un pan de mur en baie vitrée offrant une vue magnifique de Berlin la nuit au bord de l'eau. Le plafond du 1er étage rappelle le clip de Justin Timberlake avec toutes ses lumières contrôlées par un VJ à chaque soirée. L'été, la terrasse en forme de gros radeau flottant est ouverte et très agréable. Le son est parfait, la musique y est de très grande qualité.
Un seul conseil : si vous avez la chance d'être sur la liste, choisissez un nom facile à comprendre, j'irais même jusqu'à dire à consonance allemande, la fille à l'entrée étant soit conne, soit anti-touriste. Même quand mon nom était carrément le titre d'une liste, et même passé au Stabilo, elle ne l'a bizarrement jamais trouvé toute seule, il lui a fallu l'aide d'un de mes « pistons » allemands…


Week End
Adresse: Alexander Platz 5

Un des plus beaux clubs allemands et aussi quasiment le seul où vous, les filles, pourrez danser en talons (oui, pour une fois, devant la porte, c'est du béton et pas de la boue !). Au 12ème étage d'une tour, plus communément appelée la tour « Sharp » du fait de l'enseigne publicitaire à son sommet, le Week End est situé en plein centre de Berlin, à 2 minutes de l'Alexander Platz. Il n'y a quasiment pas de murs, que des baies vitrées. Le mieux est d'y faire un tour vers 4 heures du matin en transition entre deux autres soirées pour voir le soleil se lever sur Berlin : FANTASTIQUE ! Depuis ce samedi 2 juin, la terrasse panoramique est ouverte, c'est-à-dire tout le toit de l'immeuble, au 14ème étage... !


Tresor
Adresse: Köpernicker Str. 59-73

Depuis fin mai, le plus mythique des clubs berlinois a rouvert ses portes, plus énorme que jamais. C'est souvent le cas à Berlin : les clubs ferment (comme le Rio tout récemment, avec Marilyn Manson aux platines pour l'occasion) et rouvrent plus tard dans d'autres endroits.
Une capacité de 2500 personnes, 3 étages, des dizaines d'escaliers partout : le nouveau Trésor est sans aucune hésitation le plus grand club de la capitale. Même les Berlinois les plus expérimentés (Ellen Alien, Monica Cruz & Co.) étaient en extase le soir de l'ouverture...
Comme dans l'ancienne version, le vrai Trésor est au sous-sol, tandis que la plus grande salle est au 1er étage (ancien Globus, qui s'appelle désormais le Batterierau) et le coin VIP au 2ème étage, le plus petit des trois mais aussi celui qui renferme le plus de secrets. Au fond de la salle se cache une porte qui donne accès aux parties du club qui ne sont pas encore exploitées, et qui ont pour l'instant l'apparence d'une oeuvre d'art « moderne ».


Club der Visionäre
Adresse : Am Flutgraben 2
L'équivalent du Bar 25 au niveau des horaires, mais en version beaucoup plus classe. La musique est toujours géniale, Ricardo Villalobos vient y passer des disques régulièrement devant une petite cinquantaine de personnes, « comme à la maison ». Le bar est une sorte de cabane en bois sur le bord de l'eau. C'est très beau et extrêmement agréable l'été.
Le Berlin nocturne n'a pas son égal en Europe. Une moyenne de 4 euros par verre, une pléthore d'endroits plus dingues et éclectiques les uns que les autres (Berlin compte à elle toute seule plus d'une centaine de bars et de clubs !), une qualité musicale inégalée et un accueil incroyable de la part de ses habitants, toujours prêts à vous faire voyager et à vous faire partager leur ville. Même les endroits les plus chauds, qui peuvent vous paraître effrayants, vous laisseront un souvenir magique et chaleureux. Car c'est ça la plus grande qualité de Berlin : la liberté et l'impression instantanée qu'en y posant ses valises, la ville vous appartient.

 

Texte et Photos: M.A.