1ère minute : Katy Perry - Unconditionally

 

Souvenez-vous. Katy Perry avait clôturé les derniers MTV VMA's, mais comme elle a eu le malheur de passer après Miley Cyrus, tout le monde avait occulté sa prestation. Qu'à cela ne tienne, la voici de retour avec le nouveau single de son (insipide) nouvel album. Ce week-end, il a fait froid, alors Katy a fait ce que tout le monde fait quand il commence à faire froid : filer sous la couette et écumer les sites de streaming. Donc, la voilà qui tombe sur Mémoires d'une Geisha. Je vous laisse deviner la suite en visionnant la performance ci-dessus.


8ème minute : One Direction - Story Of My Life

 

Les Take That euh, non, Les Stentors, raaaaaahhhhhh les ONE DIRECTION débarquent. Hystérie collective à chaque fois qu'un membre ouvre la bouche. Le morceau, quant à lui, est plutôt axé "Adult Contemporary", c'est-à-dire le genre de musique que vous entendez en guise de fond sonore au supermarché lorsque vous faites la queue et contemplez l'idée d'acheter un paquet de chewing-gum, une boîte de Tic Tac, ou peut-être les deux.

 

11ème minute : Ariana Grande - Tattooed Heart

 

Pas le temps de souffler : les One Direction n'ont même pas encore quitté la scène qu'Ariana Grande, la relève de Mariah Carey, enchaîne directement avec sa prestation. Le programme se déleste des fioritures des MTV Video Music Awards pour autant de substance, ça fait plaisir à voir.

 

17ème minute : Lorsque soudain ! Une publicité sauvage avec Jennifer Lopez apparaît !

 

J-Lo est dans sa limousine, visiblement en retard pour la cérémonie des AMA's. Un rendez-vous très important dans le quotidien d'une femme tout aussi importante. Elle demande à son chauffeur si elle arrivera à l'heure. Il lui répond que non et que "si elle est pas contente, elle peut toujours descendre et faire le trajet à pied, c'est pas mon problème". Et le twist, c'est qu'en fait, J-Lo était dans un taxi parisien.

...non, bon, en vrai, c'est une publicité interactive, et la marque nous demande de tweeter pour choisir la suite. Alors, J-Lo s'extirpera t-elle du trafic en enjambant les voitures ou en réquisitionnant un motard qui passait par là ? Le suspense reste entier.
 

20ème minute : C'est l'heure de remettre le prix pour l'artiste Soul/R'n'B féminine de l'année. Les nommées sont Ciara, Alicia Keys et Rihanna. Bon, comme il s'agit d'une cérémonie exclusivement basée sur les votes des internautes, vous vous doutez bien de la gagnante, non ?

 

 

Ben oui, Rihanna, bien sûr. Rihanna, c'est l'équivalent de M. Pokora aux NRJ Music Awards. Chaque année, elle arrive les mains vides, puis repart des prix plein le décolleté.
 

32ème minute : Pitbull feat. Ke$ha - Timber

 

Pitbull vient interpréter sa dernière abomination. La seconde venue du Diable sur Terre a cette fois-ci été fomentée avec la complicité de Ke$ha. Celle-ci remue les hanches sans trop savoir ce qu'elle fait.

 

Dommage de la voir réduite à ça alors qu'elle est parfois capable de bien mieux. Mais hey, il faut bien manger (ou dans le cas de Ke$ha, payer ses bouteilles de Jack Daniels).

 

40ème minute : Ah oui, j'oubliais de vous dire : les enveloppes, c'est dépassé. Dorénavant, les résultats sont annoncés via smartphone. Oubliez les voitures volantes et autres hoverboards, le futur, c'est ça.

 

"You're living in the past, it's a new generation" scandait à l'époque Joan Jett sur son premier tube. Des paroles qui prennent tout leur sens lorsque, 22 ans plus tard, elle apparaît brandissant fièrement le "futur" entre ses mains.

 

45ème minute : Justin Timberlake - Drink You Away

 

Justin vient interpréter un morceau de son zzZZZzzzZZzzz... ah, pardon, je m'étais endormi. Oui, donc, Justin, son dernier album, tout ça. Sachant qu'il a récemment déclaré avoir envie de tuer tous les gens qui avaient osé dire du mal de cet album, je préfère garder le reste pour moi. Bon, en même temps, il a aussi déclaré vouloir enregistrer un album de country. On en dit des choses, hein.

 

51ème minute : Nouvelle coupure pub, et suite des aventures de J-Lo. Elle est finalement sortie de sa limousine et est arrivée à bon port. Malheureusement, cette gourde se retrouve désormais enfermée dans une salle de régie. Comme précédemment, c'est à nous de choisir la suite via Twitter. Alors, #JLoTunnel ou #JLoJailBreak ?

 

ET POURQUOI PAS #JLOSTOP ?

 

53ème minute : Florida Georgia Band feat. Nelly - Cruise

 

Comme il s'agit d'un groupe country, le théorème de la musique country s'applique alors sans problèmes : on s'en fout.

 

62ème minute : STOP, ON ARRÊTE TOUT. J'ai bien peur que Rihanna ne soit passée de vie à trépas. Après tout, c'est la seule raison pour laquelle on l'honore d'un Icon Award, non ?

 

...ah hé bien non, rassurez-vous, elle est toujours parmi nous. L'Icon Award (dont elle inaugure la liste des gagnants), c'est pour la féliciter pour tout ce travail déjà accompli.

 

 

Une lumière au loin, et la voilà qui arrive pour chanter Diamonds pour la 98765789ème fois. Un medley de ses plus gros tubes aurait été plus approprié, mais bon, il faut aussi montrer que la belle a de la voix. D'où la robe longue. Dommage que Sia, l'auteure du morceau, l'ait déjà fait avant elle (et en mieux).

 

A la voir gesticuler de la sorte, on sent qu'elle aussi regrette son choix de chanson.

 

81ème minute : Hey. Toc toc toc. Quoi ? C'est la pub. Cette fois, Jennifer Lopez est... oh, et puis ça sufft : en gros J-Lo passe par un conduit d'aération, échappe à une horde de paparazzis, et on découvre à la fin que tout ça, c'était juste pour annoncer un jour de soldes chez Kohl's, une chaîne américaine de grands magasins.

 

Mais bon, J-Lo ça ne la concerne pas trop, puisqu'elle peut racheter la chaîne toute entière si elle le souhaite.


82ème minute : Jennifer Lopez - Celia Cruz Tribute

 

Ah tiens, la voilà justement qui rend hommage à une grande chanteuse cubaine. Et c'est plutôt réussi. Si un jour le showbiz ne veut plus de Jennifer, on peut toujours lui conseiller de se reconvertir en chanteuse de cabaret. Je plaisante, J-Lo dispose déjà d'assez d'argent pour racheter tous les cabarets du monde. Et pour racheter le monde aussi. D'ailleurs, levez donc la tête. Surprise, Jennifer Lopez est un astre. Jennifer Lopez règne sur le monde.

 



92ème minute : A Great Big World feat. Christina Aguilera - Say Something

 

Tiens, Christina Aguilera est là aussi. Quand je vous dis qu'ils ont invité tout le monde, c'est vraiment tout le monde.

 

97ème minute : Kendrick Lamar - Swimming Pools / Poetic Justice

 

Kendrick Lamar vient interpréter un medley de ses deux singles. C'est le moment qu'a choisi la régie pour nous gratifier d'un plan sur Taylor Swift qui remue des épaules.

 

Ouais, c'est ça, lean back, Taylor, lean back.

 

102ème minute : Lady Gaga feat. R. Kelly - Do What You Want

 

Pour une fois, Lady Gaga laisse de côté les artifices cosmétiques pour proposer une prestation plaisante, quelque part entre le classique du vaudeville et un pastiche de Scandal (avec R. Kelly dans le rôle du président de la République et Lady Gaga en maîtresse désespérément amoureuse). Le tout s'achève sur une Gaga lessivée, des coupures de presse calomnieuses défilant sur l'écran derrière elle. Un clin d'oeil avisé à l'accueil plus que mitigé qu'a reçu son dernier album.

 

110ème minute : Les One Direction remportent le trophée du meilleur album pop-rock de l'année.

 

 

Félicitations donc aux ANGLAIS des One Direction pour leur victoire aux AMERICAN Music Awards.

 

144ème minute : TLC - Waterfalls

 

Après un énième chanteur country insignifiant, les TLC arrivent, accompagnées de Lil' Mama, qui cette fois-ci, a eu l'autorisation de monter sur scène. A bout de souffle, celle-ci rate la moitié des mots du couplet de Left-Eye. On leur pardonnera pour avoir eu la noble intention de rester dans le coup et insuffler un air de nostalgie dans cette cérémonie étouffante.

 

147ème minute : Miley Cyrus - Wrecking Ball

 

Les producteurs ont gardé le """"meilleur"""" pour la fin. Hélas, je suis dans le regret de vous annoncer que Miley n'a pas allumé de joint avec son rectum, léché de sécateur (dommage) ou effectué tout autre type de pirouette sujette à controverses. Non. Rien de tout ça. A la place, une prestation simple et sobre et chiante. Enfin, sobre pour du Miley Cyrus, quoi. Derrière elle, la photo d'un chat qui fait mine de chanter les paroles avec elle.

 

Je parie que la régie s'est emmêlée les pinceaux et s'est trompée en diffusant le mauvais fichier "Big_pussy.avi". Je n'ai pas d'autres explications.
 

150ème minute : Pour conclure la cérémonie, Taylor Swift reçoit le prix de l'artiste de l'année. De passage au micro pour remercier le pubic, elle déclare "Si vous avez voté pour ce prix, alors c'est que vous et moi avons eu le coeur brisé de la même façon".

 

Si toi aussi Joe Jonas, Taylor Lautner, John Mayer, Jake Gyllenhaal et Harry-des-One-Direction t'ont fait souffrir, bref, si tu t'es tapé(e) toute la planète people, alors ce prix, c'est un peu le tien aussi. Félicitations.

 

In Fine

En terme d'entertainment pur et dur à l'américaine, les American Music Awards remplissent largement leur contrat. Contrairement aux MTV VMA (dont le line-up était sensiblement similaire), pas de sketches médiocres ou de dialogues forcés entre les célébrités venues remettre un prix. Tout file droit, à un rythme haletant.
En ce qui concerne la partie remise de prix, les choses sont tout autres. Donner le pouvoir aux fans nuit à tout type de crédibilité, en particulier lorsque l'on sait à quels point certains d'entre eux peuvent se montrer persuasifs. Par exemple, dernièrement, certains fans de Lady Gaga (les "monsters") proposaient des fellations pour tout ceux qui prouvaient qu'ils avaient acheté son dernier single. Dans un monde où l'influence d'une popstar se mesure aussi bien à son nombre de followers sur twitter qu'à celui de ses vues sur YouTube, il en devient facile de déterminer l'issue de la cérémonie la moins excitante du monde.

Mais si il y a un point sur lequel le programme échoue lamentablement sans pourtant n'y être pour rien, c'est lorsqu'il dresse l'état des lieux du paysage musical actuel aux Etats-Unis. La crème de la crème a beau s'être réunie le temps d'une soirée, il n'y a pas à dire : on reste sur notre faim.
 

 

Thomas Rietzmann.