1ère minute : Lady Gaga - Applause

 

 

Lady Gaga ouvre le bal. Finies les arrivées extravagantes dans un oeuf ou les robes en steak sur le dos, cette année, Lady Gaga est un carré. Elle a beau changer six fois de costume (en arrachant une couche par dessus l'autre, Arturo Brachetti peut dormir sur ses deux oreilles), la performance n'élèvera pas la chanson plus haut qu'au rang "d'honnête".

Rectification : Lady Gaga est venue déguisée en glory hole.
 

6ème minute : Miley Cyrus - We Can't Stop / Robin Thicke - Blurred Lines / Give It 2 U (feat. 2 Chainz & Kendrick Lamar)

 

 

La veille de la cérémonie, Miley, interrogée par une chroniqueuse de MTV avait assuré que sa prestation de dimanche soir serait "1000 fois plus barrée que [son] clip", lui-même déjà à l'origine de la plus grosse controverse de l'année. La voilà donc qui débarque en tirant la langue tel un démon, ou plutôt un enfant hyperactif qui a avalé trop de Frizzy Pazzy et se serait inspiré d'une mauvaise comédie avec Didier Bourdon et Bernard Campan pour faire une blague à ses parents.

 

Je crois qu'elle essaye de rentrer en communication avec nous.

 

Pour être honnête, personne n'attendait rien de cette performance. Miley n'est pas réputée pour ses chorégraphies, et on garde en mémoire cette fois où elle a fait du pole-dance à une remise de prix pour des pré-adolescents il y a trois ans. Miley sautille partout pour s'évertuer à nous dire qu'elle est une "déglingos" et se retrouve très vite à bout de souffle, enchaînant les fausses notes au fur et à mesure de sa performance.
Arrive alors Robin Thicke, pimp de ces dames sponsorisé par Foot Locker. Engoncée dans ses sous-vêtements en latex, celle que les médias américains aiment à surnommer "la reine du twerk" fait gigoter ses fesses sous le nez de Robin, comme si elle était en plein bivouac et qu'une selle avait du mal à s'écouler.




Excusez-moi pour la comparaison, mais c'est tout ce que j'y ai vu.

 

Drake a préféré baisser la tête pendant toute sa prestation.

 


Courage, encore un couplet et c'est fini.

 

Quant à Rihanna et Melissa (sa meilleure amie, présente à sa droite), elles sont loin d'être impressionnées par ce piètre spectacle.

 


Bitch please.

 

11ème minute : Best Hip-Hop Video

 

Iggy Azalea et Lil Kim viennent remettre le prix du meilleur clip hip-hop de l'année, et croyez-le ou non, Lil Kim n'est pas affublée du look le plus outrageant de la soirée. En même temps, la faire venir après la prestation de Miley Cyrus était peut-être un choix stratégique de la chaîne.

 

Vous savez qu'il y a quelque chose qui cloche lorsque même Lil Kim apparaît en toute sobriété comparé à vous.

 

28ème minute : Kanye West - Blood On The Leaves

 

 

Jésus Kanye West nous fait l'honneur de sa présence pour une performance de Blood On The Leaves on ne peut plus fidèle à la version studio... overdose d'autotune inclus. Il faudra songer à renvoyer Terminator dans le passé et éliminer T-Pain avant qu'il ne popularise son usage.

33ème minute : Meilleur clip par une artiste féminine

Les Daft Punk (ou un duo d'imposteurs, QUI SAIT ?), Pharrell Williams et Nile Rodgers sont chargés de décerner le prix du meilleur clip par une artiste féminine, qui revient à Taylor Swift.

Il fut un temps où Taylor Swift était une gentille chanteuse country inoffensive, victime du grand méchant Kanye et porte-parole des adolescentes trahies par leur crush de 6ème B. Une image écornée depuis longtemps par sa réputation de femme castratrice sans une once d'humour. Une preuve de plus ce soir, lorsqu'après avoir reçu une récompense pour I Knew You Were Trouble, elle n'omet pas de remercier "ceux qui l'ont inspiré pour écrire cette chanson" (traitant d'un énième amour déchu). Son dernier ex en date, Harry Styles, présent dans la salle, ne manquera pas de sentir visé.

 


Ca doit pouffer sous le casque des Daft.

 

41ème minute : Justin Timberlake - Medley

 

 

Justin Timberlake reçoit le prix Michael Jackson Video Vanguarde Award pour l'ensemble de son oeuvre. Monté sur scène pour introduire sa prestation, Jimmy Fallon ne tarit pas d'éloges à son égard, évoquant ses 15 ans de carrière et nous filant par là même un sacré coup de vieux. Les lumières s'éteignent et Justin entame un medley de ses plus gros tubes qui durera près de 20 minutes.

Malgré quelques fausses notes certainement dues au rythme soutenu de la performance, l'ivresse ne se fera jamais plus sentir qu'à ce moment précis de la cérémonie. On se laisse volontiers enivrer par ce tour d'horizon de la carrière d'une des plus grandes popstars de ces dernières décennies, et la sensation est grisante.

Cerise sur la vodka on the rocks, il convie ses ex-compagnons des NSYNC sur scène pour chanter avec lui. Bon, ils resteront en tout et pour tout 1 minute 26 secondes (montre en main), mais c'est l'intention qui compte. En revanche, Timbaland, pourtant responsable de la majorité du succès de Timberlake, brille par son absence.

 


 

73ème minute : Macklemore & Ryan Lewis - Same Love

 

 

Forts de leur victoire pour "Best Video With a Message" (récompensant le meilleur clip véhiculant un message positif), Macklemore & Ryan Lewis interprètent leur ode à l'amour universel accompagnés de Mary Lambert. Tout se passe pour le mieux, jusqu'à ce que Jennifer Hudson ne les rejoigne sur scène : s'ensuit alors un duel digne de The Voice entre Lambert et Hudson, les deux se répondant à coups de "I'M NOT CRYING ON SUNDAY".

 


STOOOOP LES FILLES !!! IT'S ALL ABOUT LOVE, OKAY ???

 

79ème minute : Drake - Hold On, We're Going Home / Started From The Bottom

 

 

C'est un fait, Drake est bien meilleur rappeur que chanteur. On le ressent tout de suite lors de la transition entre ses deux morceaux. Mais nous ne lui en tiendrons pas rigueur, car la prestation a au moins eu le mérite d'avoir réveillé la salle. En plus, ça a beaucoup plu à Jaden Smith, qui, insatiable, est resté pétrifié longtemps après que Drake a quitté la scène, attendant sans doute le retour du messie.

 


Papa ? Drake, il va revenir, hein ? Dis-moi qu'il va revenir !!!
 

86ème minute : Bruno Mars - Gorilla

 

 

Tiens, c'est l'heure de Bruno Mars. Bruno Mars, c'est le mec qui est toujours invité à chanter aux cérémonies, qu'il s'agisse des Billboard Music Awards ou des Grammys. C'est comme entendre Earth, Wind & Fire à un mariage : ça ne vous dérange pas plus que ça, mais vous auriez aussi pu faire sans.


68ème minute : Best Summer Song

Les Vampire Weekend viennent remettre le prix de la chanson de l'été, sponsorisé par Windows Phone - 28 fois qu'on nous le répète depuis le début de l'émission, si ça, ça ne vous donne pas envie de vous procurer un Windows Phone, je ne sais pas ce qu'il vous faut.

La chanson de l'été, c'est celle qui vous donne envie de vous arracher les oreilles puis de les faire frire et de les dévorer, de peur que ça ne recommence. A ce titre-là, on se dit que Blurred Lines semble bien partie pour remporter la palme. L'hymne aux good giiiiirls a été diffusé sur toute les stations de radio imaginables (même RFM), utilisé en télé pour illustrer des reportages divers ("j'ai un physique difficile mais je m'assume !") des bêtisiers ou l'arrivée en plateau des sortants de Secret Story, ou encore pour vendre des enceintes disponibles en exclusivité chez un magasin d'électro-ménager. Perso, je l'ai mis en sonnerie de réveil pour avoir une bonne raison de me lever le matin : la désactiver.

 

Get More: 2013 VMA, Artists.MTV, Music

 

Pourtant, soutenus par les votes de leur fidèle public, ce sont les One Direction qui sont finalement appelés à monter sur scène. De légères huées se font entendre dans le public. Il faut dire qu'élire une chanson sortie il y a 3 semaines "meilleure chanson de l'été" face à des mastodonte tels que Get Lucky ou good giiiirl Blurred Lines, c'est culotté.

Côté réactions, Taylor Swift, l'ex d'Harry Styles, semble désabusée.

 


Gageons qu'elle saura y puiser l'inspiration nécessaire pour nous pondre un nouvel album plein de pépites telles que "Meilleur que la vengeance", "J'aurais dû dire non" ou "Nous ne nous remettrons jamais, AU GRAND JAMAIS ensemble".

 

97ème minute : Katy Perry - Roar

Lorsque des pluies torrentielles s'abattent sur une ville, il arrive que les égoûts débordent, comme ici, à Montréal :

 

 

Quand on a vraiment pas de chance, il peut arriver bien pire que ça. Par exemple :

 

 

 

C'est donc sous le pont de Brooklyn que s'est déroulée la dernière performance de la soirée. Katy Perry y est déguisée en boxeuse, fait de la corde à sauter et saute aux quatre coins du ring. Heureusement, noyée sous le volume de la bande playback et des choristes, sa voix peine à se faire entendre.

 

 

In fine
Que retenir de cette soirée, une fois le dernier verre enquillé ? Hé bien, Miley va récolter le fruit de ce qu'elle a semé (un hashtag tournant au ridicule l'état de son postérieur a circulé toute la journée de lundi), Justin va soigneusement ranger ses récompenses à côté de celles de Jessica Biel, Katy et Lady Gaga vont se frotter les mains en voyant leurs chiffres de ventes augmenter inexorablement et nous, on va se farcir une gueule de bois des plus fracassantes. Une seule solution, boire beaucoup d'eau et ne plus trop y penser.
 

 

Thomas Rietzmann.