Pour une Sasha Grey qui tourne avec Soderbergh ou une Coralie Trinh-Thi qui devient une icône du cinéma tricolore indépendant, combien d'aspirantes actrices n'arrivent même pas à faire de la figu' dans une pub Cuisines Mobalpa ? Pour une Ovidie ou une Brigitte Lahaie, combien de filles qui ont pris à un moment donné la décision personnelle parfaitement assumée de se lancer dans le porno ont dû se rendre à l'évidence : elles auront un mal fou à se reconvertir dans quoi que ce soit d'autre ? Soit, Jenna Jameson a bâti un empire, certaines filles prennent leur retraite du porno à même pas 25 ans tout en s'étant déja fait un nom et une petite fortune, et des légendes du X arty comme Annie Sprinkle ou la formidable Nina Hartley sont l'exemple-même d'une réussite personnelle sur tous les plans. Fort bien, mais pas toutes les ex-actrices porno peuvent devenir chroniqueuses sexe à la radio. Pas plus qu'avoir leur propre marque de lingerie ou faire du rap. Femmes ou hommes, le constat est le même - et si ces derniers sont sous-représentés dans le petit top du pire qui suit, ceci tient simplement au fait qu'à la base, les messieurs sont quand même nettement moins nombreux que les nanas dans le porn game (même en prenant en compte l'industrie du X gay, pas de jaloux). Car le problème est simple : oui, il suffit parfois juste de se mettre tout nu sur internet pour devenir un people, mais la plupart du temps, ça ne suffit pas pour devenir un celeb. Et concernant la suite de leur carrière, beaucoup de personnes qui ont déja fait leur trou dans le porno (alerte subtilité) semblent étrangement poursuivre un même idéal, c'est-à-dire caser un clip sur MTV. Madame ne sait pas chanter ? Pas grave, à quoi servirait Autotune sinon ? Monsieur ne sait pas mixer ? Pas grave non plus. Pour devenir riche et célèbre, voici donc quelques trajectoires de vie dont nous vous proposons de vous inspirer.

 

 

LIZA MONET

 

Nos lecteurs les plus assidus auront remarqué que cette avenante personne a déja eu par deux fois les honneurs de la Page Pute. Il n'empêche qu'elle se devait absolument de figurer ici : en effet, qui d'autre qu'elle dans le rap game accepte la carte Monet-o ? Et pour ceux qui se posent la question, oui, elle a bien fait du porno auparavant - elle peut donc officiellement être considérée comme une porn"star". 

 

 

LALY

 

Pendant que Jessie Andrews fait sa hipster au Carmen, Laly, la pornstar-stripteaseuse-flic de Secret Story fait le Ange ou Démon DJ Tour.

 

 

Le business de la nuit à La Grande-Motte a l'air des plus juteux. Pour une raison encore inexpliquée, les commentaires ont été désactivés sur cette vidéo.

 

 

CLARA MORGANE

 

Parce que c'était elle. Parce que c'était lui. Présente sur tous les fronts, après son duo avec Lord Koss', la businesswoman n°1 du porn hexagonal nous a gratifié à la fin de l'année dernière d'une reprise de Gainsbourg. Bien fait pour lui, c'est probablement une histoire de karma, puisqu'il était un gentleman notoirement ouvert d'esprit.

 

 

KATSUNI

 

Soit : il ne s'agit ici nullement de musique et, d'une manière générale, Céline Joëlle Tran s'en sort plutôt bien dans la vie. Mais cette série de spots était-elle vraiment nécessaire ?

 

 

VIRGINIE CAPRICE

 

Si dans ce cas précis, ce n'est pas Virginie mais ce sympathique jeune homme qui chante, au vu de l'ensemble de son pedigree vidéomusical, on ne se fait pas trop de souci, ça ne saurait tarder. Elue miss FHM 2005, la "mannequin de charme et actrice française de films pornographiques" qui pose même avec le fort prestigieux Palmashow mériterait d'ailleurs un prix pour l'ensemble de sa carrière. Toutes ces activités extra-curriculaires, ouh, ça donne le tournis. On espère très fort pouvoir bientôt visionner son biopic ou lire son autobiographie, histoire de s'y retrouver un peu dans tout ça. Virginie, si tu nous lis : fonce !

 

 

DJ SOFIA VALENTINE

 

L'ex-pornstar néerlandaise annonce sur son compte Twitter que son activité principale est désormais de "blow up the speakers instead of blowing a dick". Voilà, c'est tout.

 

 

HELLY MAE HELLFIRE

 

Ici, point de vidéo ou de lien audio, mais juste un petit visuel pour avoir une idée des activités artistiques de la dame, aka DJ Hellfire. Maintenant, vous pouvez vous amuser à imaginer en toute décontraction la musique qui va avec.

 

 

HEATHER HUNTER

 

Au sujet de cette personne qui semble affectionner le style urbain, on apprend ici qu'elle aurait soi-disant proposé à divers acteurs de l'industrie musicale de coucher avec eux en échange de la production de son disque. Au final, elle a sorti son album sur son propre label, dont les anglophones se délecteront tout particulièrement du nom : Blo Records.

 

 

JAKE STEED

 

Mixité oblige, voici enfin un homme. Jake Steed est à vrai dire plutôt marrant, et avec son flow surréaliste et rigolard, il rappelle un peu les premières facéties d'un jeune Snoop. Ceci dit, il a une mauvaise influence sur la jeunesse : on est en droit de se demander si le monsieur ne serait pas un truc du genre un oncle chelou d'Albert Roundtree Jr.

 

 

PINKY THE PORNSTAR

 

Pas bien. On a encore menti : Bad Bitch est apparemment très loin d'être un foirage, on voit tout de suite que Pinky "The Pornstar" a trouvé on ne sait trop comment le moyen de bien s'entourer. Qualité professionnelle de la vidéo, instru de rap US lambda mais qui n'a rien de choquant... En même temps, le porno et le hip-hop, c'est une très vieille histoire d'amour : du légendaire Snoop Dogg's Doggystyle à Tyga et son Rack City : The XXX Movie, rap et cul ont toujours fait bon Minaj.

 

 

OCTOMOM

 

Il est temps de revenir à des choses sérieuses, comme par exemple le prochain single d'Octomom. Attention - nous entrons ici dans un territoire de grande confusion mentale. On ne sait pas trop ce que fait Octomom en ce moment, mais une chose est sûre, cette femme a un sérieux besoin d'argent. Pour rappel, Nadya Suleman n'est pas vraiment pornstar à la base, mais elle l'est devenue après avoir eu des octuplés (d'où son pseudonyme habilement trouvé), puis encore six autres enfants. En réalité, elle entre surtout dans la catégorie "je fais n'importe quoi pour régler mes difficultés financères". Par exemple de la musique des bruits dans un truc qui enregistre ?

 

 

LUPE FUENTES & THE EX-GIRLFRIENDS

 

Extrait de la description du clip ci-dessus : "Our style is electro house, dubstep, hip hop, dance, club, pop music, american pop !!!" Avec 34 millions de vues pour cette seule vidéo et 103 000 dislikes sur 120 000 notations, la pornstar internationale qu'est Lupe Fuentes vient probablement de battre une sorte de record postmoderne du troisième type. Surtout, ne zappez pas l'intro qui a le don de générer un embarras stupéfiant et persistant en toute circonstance de visionnage. Ci-dessous, le commentaire d'un internaute.

 

Bonus rien que pour vos yeux (l'activation du son étant à votre discrétion) : son deuxième clip.

 

Mais qu'on se rassure, il n'y a pas que la musique dans la vie. La littérature, c'est bien aussi.

 

 

Scae.