figarovox_eugenie_bastie_ce_soir_ou_jamais_manchette_1

Pour ajouter à la perspective enchanteresse d'un lundi 5 septembre, une nouvelle émission débute ce soir à 18 heures sur France 2, présentée par Thomas Thouroude et finement intitulée "AcTualiTy" (sic). Des inconnus du PAF, type Pascal Nègre et Franz-Olivier Giesbert, sont invités à décrypter l'actualité. Hashtag renouveau. Au milieu de la bande, finalement plutôt éclectique, il y a Eugénie Bastié, pléonasme vivant : elle est journaliste au Figaro et jeune écrivaine réactionnaire de 24 ans. France 2 nous dit qu'ils l'avaient recrutée pour obtenir des "sensibilités différentes", mais des détracteurs parlent déjà du fonds de commerce de ladite Bastié : généralement l'homophobie, le racisme et la misogynie (liste non contractuelle). 

Puisque faire sa biographie complète ici nous fout le seum, on va essayer de voir le bon côté des choses. On aura enfin droit à des divergences d'opinion et à une pluralité des avis, loin de la naïveté bobo et politiquement correcte des décadents habituels de la télévision. Certains propos régulièrement tenus par Bastié sont à la limité de l'illégalité, notamment ceux qui, indirectement, tuent des gens chaque semaine en France, mais au moins, "elle dit les choses comme elle les pense", selon un proverbe actuellement très en vogue au Texas. Le site islamo-gauchiste LGBT Yagg, assez remonté parce que forcément biaisé (pas comme nous), s'emporte : "Thomas Touroude a recruté [une] nostalgique de l’Action Française comme chroniqueuse régulière. La moralité ? Dévoie le métier de journaliste, réhabilite l’antisémitisme, crache sur les combats féministes, les combats LGBT, écrase les pédés, les gouines, les trans et les bi de ton mépris dans tes billets, hurle avec les loups de la Manif pour tous et des Veilleurs alors qu’explosent les agressions homophobes." Le point Godwin est dégainé en deux phrases de victimes.

Nous, on trouve ça plutôt bien. La haine avance, le FN aussi, petit à petit, car tout ceci est un grand cirque sans conséquences, pas vrai ? Laurent Ruquier a beau avoir finalement désavoué Eric Zemmour, après des années de collaboration sur "On n'est pas couché" (même chaîne) car il regrette, dit-il, "d'avoir participé à la banalisation" des idées d'extrême droite, c'est trop tard, notre redevance chérie va offrir un boulevard à la droite et l'extrême droite. Faisons comme si la nouvelle coqueluche des médias, derrière son petit minois télégénique, ne colportait pas d'idées nauséabondes, et fêtons les scores de Le Pen et consorts avec une gueule de bois mémorable. Ce serait tellement plus difficile d'éteindre sa télé, pour ne pas finir comme les Américains supporters de Trump, gavés de Fox et trimbalant, faute de mieux, leur paresse critique et leur haine héritée d'années de renoncement. On vaut franchement mieux qu'eux, et notre tissu social est beaucoup plus solide. Allez Eugénie, on t'aime, tu vas cartonner.