Zing!

La politique est, par excellence, le lieu des passions et des conflits. L'affrontement politique sépare immanquablement l'ami de l'ennemi : un ennemi que l’on combat, que l’on critique, et bien sûr que l’on injurie, comme l’ont bien montré les travaux du juriste et philosophe Carl Schmitt, ce sale nazi.

De la naissance de la République à nos jours, la vie politique est ainsi rythmée par ces bon mots perfides ou ces saillies violentes. C'est Clémenceau, qui en février 1899, alors que le président Félix Faure vient de mourir à l'Elysée au beau milieu d'une fellation, dit : "Il a voulu vivre César et il est mort Pompée". C’est encore François Hollande en 2012, rosse comme il peut l’être parfois, qui jette à la figure d’Arnaud Montebourg : “Tu seras ministre du redressement productif ! LOL !"

Cependant il faut reconnaître que le maître de cet exercice n'est autre que Nicolas Sarkozy. Avec sa gouaille, son parler franc et direct, il illumine chaque jour (encore aujourdhui!) la vie politique française par son style inimitable. Florilège.
























J.B.