Serge Gainsbourg - Aux Armes et Cætera
 


Je pense avoir voulu devenir illustrateur à cause des images de films et des pochettes de disques.
Au collège, je dessinais des jaquettes de cassettes que je copiais pour des amis. C'étaient mes premières commandes. Un jour, Universal m'a demandé d'en dessiner une pour Serge Gainsbourg. Un inédit du Poinçonneur des Lilas. C'est comme cela que j'ai commencé. J'y ai passé la nuit. Ce n'est rien comparé aux heures passées couché sur la moquette à écouter ses disques, à en disséquer les pochettes de 33 tours trouvées dans la discothèque de mon père.
J'ai découvert cet album à huit ans. A sa sortie en 1979. Et cette pochette, sur fond de dunes, me fascinait autant que le son chaud qui en émanait. Le jean crade, les pieds nus et la silhouette voutée-etudiée... D'autres photos à l’intérieur, avec les rastas et une sur fond de carcasse de voiture, achevaient définitivement le portrait du héros roots et classe. Le ton était cool et, à cet âge-là, entendre (entre autres) "Je pisse et je pète en montant chez Kate" nous amusait bien mon frère et moi...
J'ai lu, bien plus tard, que Gainsbourg avait eu l'idée de cette pochette un an avant de partir en Jamaïque. Il accompagnait comme souvent Birkin sur un tournage. S'ennuyant en remontant le Nil sur un bateau, il a proposé a Lord Snowdon (alias Antony Armstrong Jones qui aurait pu devenir prince de la famille royale britannique) d'aller faire des photos dans les dunes. Il avait alors en tête l'idée d'un concept- album qu'il n'a jamais enregistré: un homme qui meurt quelques secondes d'une crise cardiaque et qui revient à la vie.


Miles Davis - Bitches Brew
 


Encore un disque solaire. Un disque fou, pas forcement mon favori de Miles, et une pochette insensée. J'ai passé beaucoup de temps à la regarder. Elle figure dans un coin de la cuisine aujourd'hui. Je me souviens aussi que Bertrand Burgalat l'avait évoquée un jour où nous cherchions des idées pour un disque chez Tricatel. Elle était en deux parties quand on ouvrait le vinyle en entier.
Un jour, une amie m'a raconté avoir passé des vacances à Ibiza chez l'auteur de la pochette: Mati Klarwein. Il est mort en 2002. Et j'ai réalisé après qu'il était le père d'Eléonore Klarwein, la petite fille qui joue dans Diabolo Menthe...


Kraftwerk - Autobahn



Ce n'est pas forcément leur plus belle pochette mais on y trouve déjà leur humour (germain) et ce dessin naïf et obsédant. Beau comme une autoroute un jour de soleil. Les voitures allemandes (Mercedes et Volkswagen) et eux dans le reflet du rétroviseur juste avant leur transformation en robots à chemises rouges. Leur graphiste se nommait Emil Schult et le plus beau était à l'intérieur: on y trouvait un panneau bleu d'autoroute tout simple. Il me semble même que c'était une pochette alternative.


The Beatles - Abbey Road



Cette image continue vraiment à me fasciner même si c'est sûrement une des pochette les plus rabachées de l'histoire de la pop. Je crois que le shooting a duré une dizaine de minutes. Le photographe (je ne connais pas son nom) est monté sur un escabeau, les a fait traverser plusieurs fois et c'était plié. Les Beatles étaient tellement iconiques qu'il n'est même pas besoin de mettre le nom du groupe. C'est peut être parce qu'elle était si simple qu'elle a déclenché autant d'anecdotes. A l'époque, une rumeur courait sur le fait que McCartney était mort (à cause d'un accident de voiture en 66) et ici tous les symboles seraient réunis pour le démontrer. Paul marche pieds nus (selon la religion indienne on enterre les morts pieds nus), et Ringo qui le précède est en noir donc en deuil. Que dire de Lennon en blanc...? Et la plaque de la Coccinelle derrière Harrison indique LMW 28 IF ce qui signifierait "Living McCartney Would be 28 IF", soit "Paul McCartney vivant aurait 28 ans si"... La voiture noire entre Ringo et Lennon serait aussi un corbillard... Tout était permis.
Il y a quelques années, deux amis, Jim Delbes et Hatim, avaient revisité plusieurs grandes pochettes de la pop en y effaçant les morts. Il ne restait donc plus ici que les deux du milieu...
Je viens d'apprendre aujourd'hui que l'Angleterre avait classé patrimoine national le passage clouté.


Space - Deliverance



Je n'ai jamais vraiment su pourquoi la cassette de cet album figurait dans la voiture de mon père. Y trônait une jolie boite à cassettes en cuir noir avec un intérieur en feutrine rouge. On y trouvait pêle-mêle toujours les mêmes albums pour les voyages, un live de Montand à l'Olympia, beaucoup de classiques, un disque de Theodorakis, un autre de Moustaki...Toujours est- il qu'à la simple vue de cette pochette je lui avais empruntée. Et certains morceaux m'avaient plu. Une musique synthétique et un peu racoleuse, assez proche de JM Jarre période Oxygène. J'ai le souvenir de l'avoir écoutée avec mon premier Walkman Brandt qui devait bien peser un demi kilo... Une électro disco pas désagréable produite par les Marouani Brothers. L'artwork a sûrement dû être réalisée par Hypnosis, les graphistes de Pink Floyd et Yes.


Eric Dolphy - Out To Lunch



Un jour, mon oncle m'a donné une partie de sa collection de vinyles de jazz. Il rachetait tout en CD. Dans le lot, j'ai découvert celui-là et sa pochette m’a frappé instantanément. Cette horloge qui affiche n'importe quoi, le virage bleu de la photo qui contraste avec la bande blanche. Le petit cercle pour baisser le store me faisait penser a ceux que Francis Bacon glissait souvent dans beaucoup de ses tableaux. Et, je ne sais pas pourquoi, cette façade, même zoomée, m'évoquait le restaurant où dîne David Hemmings avec son agent dans le Blow-Up d'Antonioni. Je parvenais donc, à la seule vue de cette pochette, à projeter plusieurs de mes obsessions esthétiques. Je n'ai pas écouté le disque depuis longtemps, j'en garde un bon souvenir.


Jean Jacques Burnel - Euroman Cometh



C'est le premier disque en solo du bassiste des Stranglers. Franco-Anglais. Je préfère son Un Jour Parfait des années plus tard, mais cette pochette me plait. Ce look karaté-punk derrière les tuyaux bleus qui ne cracheront  aucune fumée, le Centre Pompidou qui avait a peine deux ans... Un grand angle. Le tout devait avoir quelque chose d'hyper futuriste à l'époque. C'est juste après que Ferreri y ait tourné son western parisien Touchez Pas a la Femme Blanche dans le trou des Halles. J'ai vécu un an dans une rue juste derrière.


Guy Beart - Beart Chante l'Espace

 

Je ne me souviens pas où je l'ai trouvée... Peut être est-ce un cadeau de Bertrand quand je travaillais chez Tricatel. Je trouve ce dessin de Guy Peellaert magnifique. Il doit dater de la période Jeu de Massacre, un film de Jessua pour lequel il avait créé une bande dessinée. Je l'ai rencontré un jour dans une fête et il m'avait dit avoir bien aimé un de mes dessins. Je me suis senti adoubé par un de ceux qui m'ont le plus inspiré et cela m’a donné envie de faire ce métier...
 
 
Hank Crawford - Don't You Worry About A Thing



Pour le dessin de Pierre Le-Tan. Un de mes dessinateurs favoris. Son univers est unique. Il a illustré Modiano et a réalisé des livres précieux. Lisez les.
 
 
Arnaud Fleurent Didier - La Reproduction



J'ai rencontré Arnaud par notre ami commun, Stéphane "Alf" Briat. Depuis longtemps, il me parlait de lui et de sa musique. Stéphane m'a donc fait découvrir France Culture dans son studio quand il travaillait dessus et ce fut un choc. Un des meilleurs disques français pour moi depuis le Houellebecq par Bertrand Burgalat. Nous devions peut être travailler ensemble mais je n'étais pas très disponible à ce moment. J'espère que ce n'est que partie remise… Le premier projet de pochette n'avait rien à voir. J'adore celle-la. Elle possède un côté ligne claire et fonctionne très bien en 33 tours. J'ai découvert après qu'Arnaud s'était inspiré d'un plan de Nanni Moretti dans Bianca. Elle a la simplicité et l'évidence d'une pochette qui aurait déjà des années. J'adore ce genre de référence. Et cela boucle presque ce que je disais plus haut sur les pochettes de disques et les images de films....
 
 

Voir la sélection de:

- Jiro Bevis
- Turzi
- Gaspirator
- Brent Rollins
- Victor Kiswell
- H5.
- Jeff Jank.
- Waxpoetics.
- Cey Adams.
- Stillmuzik
 

 

 

www.stephanemanel.com