On le nomme parfois ambassadeur du cinéma. Et c'est vrai, parce que Thierry Frémaux est un diplomate. Sélectionner, juger, trier, éliminer des œuvres de passionnés (et souvent amis), est un métier de doigté. C'est ce qui ressort de ce livre : la passion du cinéma. Alors que les médias se contentent souvent de deux facettes seulement du 7ème Art : l'industrie et le tournage (avec des questions pertinentes à Laurent Weil, «on sent que vous vous êtes amusés sur le tournage»). Mais le cinéma, c'est beaucoup plus. C'est un siècle d'histoire. C'est de la magie faite par des artisans. C'est de l'humain à l'état brut. Un monde dénué de certitudes.

Mais quand même, juste pour une semaine ou deux, on aimerait bien être Thierry Frémaux.

Vous avez aimé, vous aimerez...

La série des livres Conversations with filmmakers, aux éditions University Press of Mississipi.

Mais aussi se taper une andouillette à 8 heures du matin, aller voir un match de l'OL, écrire un journal intime, regarder des films austro-hongrois non sous-titrés et garder des secrets.

FREMAUX livre

 

PS : Non, la culture n'est pas importante. C'est d'ailleurs pour ça que les dictateurs l'attaquent en premier. Si la presse raconte le monde, l'art raconte l'humanité.

++ Sélection Officielle, Thierry Frémaux, éd. Grasset, 624 p., 23,40 €.