La progéniture de monsieur Quincy Jones s'est assez peu frottée au monde du hip-hop par le passé : à son actif, le refrain d'une chanson en hommage à Tupac et un maigre caméo dans un clip d’Aaliyah aux côtés de Mark Ronson, son petit ami de l’époque. Flip & Rewind agit ainsi comme sa déclaration d'amour personnelle à des temps où le R&B était alors en plein essor et la vie paraissait plus simple.

 

"Don’t you miss the nineties?" demande au début du clip Rashida à Jermaine Dupri, fondateur de So So Def, un label qui régnait alors en maître sur les ondes. Plus tard, c’est Andre Harrell, à la tête du désormais disparu Uptown Records qui assène la vérité suivante : "Dans les années 90, cette musique te donnait envie de sortir et de célébrer la vie". Une célébration assurée ici par le biais d'une foultitude de références dont voici la liste exhaustive :

 

TLC

 

 

Keith Sweat

 

 

Brandy

 

Mary J. Blige

 

Aaliyah

 

Boyz II Men

 

Si la vidéo semble avoir des relents d’amateurisme, c’est complètement voulu. Rashida donne tout ce qu'elle a, chantant, dansant et posant avec attitude. Elle a même poussé le vice jusqu’à aller recruter ses copines de lycée pour danser auprès d’elle dans le clip, là où le commun des mortels préfère traverser la route sans regarder, percuter une voiture et finir à l'hôpital plutôt que de rester sur le même trottoir qu'un ancien camarade de classe qui arrive en face et à qui il va falloir dire bonjour.

 

Mais avant d'être une chanteuse, Rashida est surtout un poisson tropical doublé d’une talentueuse actrice. Mais ici, elle incarne une période qui résonne encore dans la tête de toute une génération. Et ça, c’est carrément pas craignos, c’est de la balle.