1. En fonction des estimations, David Bowie avait entre 100 visages selon le Ministère de la Culture et 1000 selon Lââm, dont celui de Régine :



2. Bowie était un personnage si complexe que même le groupe IAM n’arrivait pas à le comprendre : “Attaque avec basses massives comme Sly et Robbie / Ils ont des doutes sur leur propre nature comme David Bowie / La pop tremble sur ces bases quand on chie la copie”.

 

 

3. David Bowie a fait tellement de caméos et de rôles à l’écran qu’une chaîne YouTube leur est dédiée : Twin Peaks, ZoolanderElephant Man sur Broadway, et même ce spot Chanel. Mais surtout, David Bowie est un personnage récurrent de la série animée d’Adult Swim, The Venture Bros. Où il affronte Iggy Pop sous forme d’aigle ou de paquet de cigarettes. OK ?

 


4. Quand Bowie chante en français, ça ressemble à du Jeanne Calment.

 

 

5. Mila Kunis a les yeux vairons, mais pas Bowie, qui a seulement une pupille dilatée en pernamence suite à une bagarre lorsqu’il était ado. Insérer ici tout jeu de mot sur le mot : "pupille".

 

 

6. David Bowie et Mick Jagger sont les stars d’un clip qui est à la fois le clip hétéro le plus gay de tous les temps et le clip gay le plus hétéro de tous les temps.

 

 

7. Cette jeune fille voudrait d’ailleurs que Mick et Dave lui fassent un porno gay.


8. Station to Station est l’un des meilleurs albums de Bowie, nonobstant le fait que la basse et la guitare du morceau-titre fussent totalement désaccordées sur l’intro.


(checke à 1’40 voir si t’as l’oreille absolue) :


9. David Bowie avait un coach de mime personnel.


Les seule personne pouvant se permettre de faire du mime sans être executées sont : David Bowie.
(oui, même Michael c’est interdit).


 

10. Quand ils écoutent leur Best Of sur Deezer, les bobeaufs voient trop souvent Bowie seulement comme un chanteur, mais il était aussi compositeur, producteur, arrangeur, guitariste, pianiste et bon saxophoniste. Bowie était déjà l’epic sax guy avant même qu’on en ait rien à foutre de l’epic sax guy.


 

11. Pareillement : avant que Thom Yorke sache ce qu’est un modem, Bowie était dès 1996 le premier artiste du monde à proposer un single (de merde) en téléchargement sur les Autoroutes de l’Information.

 

 

12. Bowie a eu sa période blonde.



(en vrai il était pas nazi, hein)



13. A un moment donné (1975), David prenait vraiment, mais vraiment trop de schnouffe.

 

 

14. Ressembler à David Bowie n’est pas toujours une bonne nouvelle pour tout le monde.

 

15. Miracle : Bowie est né 15 ans avant Axl Rose.

 


Mais il est mort en étant devenu beaucoup plus jeune que lui.


 

16. Ta gueule petit snobinard : Let’s dance est bien, avec Ashes to Ashes, l’un des ses tout meilleurs titres. Et l’une des meilleures prods de Nile Rodgers avant qu’il devienne la Crampe des Daft Punk. Si t’as jamais compris, tu écoutes ce qui se passe en stéréo sur les breaks de caisse claire et après tu repars écouter Low si tu veux, ou mieux - Hunky Dory, c’est bien aussi hein.

 

 

17. Bowie n’est pas infaillible (1), il a eu lui aussi sa période de pure merde. On parle de l'ère drum n’ bass en mousse, on parle de l'ère l’infâme guitariste Reeves Gabrels avec son pédalier Zoom et sa guitare Pirate des Caraïbes. C’est moche. Sérieux, je vous mets au défi de réécouter Earthling. Mais ça compte pas, c’était les années 90 : à part le grunge, l’eurodance et Wonderwall d’Oasis, tout le monde a été merdique pendant 10 ans.

 

 

18. Bowie n’est pas infaillible (2), son comeback et ses deux derniers albums, c’est honnête max sans plus pour The Next Day et MEGA relou pour Blackstar. Et ne faites pas semblant d’aimer l’électro-jazz et les solos de saxo, personne ne vous croit.

 

19. Mais on pardonne TOUT à Bowie, parce que c’est un roi MAYA : “Bowie, c’est le roi MAYA de Raymond Loewy : Most Advanced Yet Acceptable. C’est la musique pop à son plus haut niveau d’exigence artistique et de clarté. Ce sont des ondes étranges qui se faufilent jusqu’aux stands de tir des fêtes foraines. Il y a toujours un accord inattendu mais ça ne se remarque pas, tout est fluide et concis, il ne cherche pas à étaler sa sophistication : il n’est pas narcissique.(...) Bowie, c’est un passeur qui ne vole jamais. Personne n’a autant revendiqué et fait partager ses influences, ses admirations, ses engouements, sans jamais chercher à les imiter. (...) il n’y a personne d’autre dont j’aimerais autant être l’ami. Avec la maturité, son absence de négativité me pèse un peu, il lui arrive d’adouber des gens qui n’arrivent pas à ses orteils. Mais ses défauts me vont. C’est ça l’amitié, non? Je suis son ami.” (Bertrand Burgalat).

 


Josselin Bordat.