Continuer à manger des saucisses.

 

Continuer à idolâtrer la musique du Diable.

 

Continuer à aller à des fêtes de perversité (si on est sur la liste +1).



Continuer à aller, court-vêtus, boire un petit verre en terrasse (mais juste UN hein, je travaille demain).
 


"Bon, en fait on est restés un peu plus longtemps que prévu, j’arrive dans pas longtemps".

QUI A DIT SHOTS ?

Continuer à entretenir les “rues malodorantes de Paris” après ledit juste-un-verre.
 

Continuer à enfanter “des petits croisés”.


Continuer à être ouverts, curieux et tolérants envers l'Islam.


Continuer à ne pas faire d'amalgames.


Continuer à kiffer Mahomet.
 

Continuer à prendre de la drogue, mais pas celle que toi tu prends.

 

Commander une pinte au Carillon et être obligé par Ali à en prendre deux d’avance parce que la carte c’est à partir de 10 euros, sérieusement c’est quoi ce pays où on peut rien payer par carte ?


Retourner au Petit Cambodge manger un bo-bun RELOU parce que tes potes veulent tout le temps manger viet' alors que toi tu rêves secrètement d'une crêpe jambon-fromage-poils à Oberkampf.
 

Continuer à baiser.
 

Continuer à baiser.

 

Continuer à baiser.


Continuer à kiffer de penser que les 72 vierges qui t’attendent, c’est des mecs.


Continuer à porter des barbes de Daesh ironiques.

 

En gros, dire “oui oui, on est en guerre”, mais en fait continuer à vivre en paix.

 

 

Josselin Bordat, avec Anais Carayon.