Votre quartier n'est pas encore gentrifié

Dur d'entamer un combat quand l'ennemi n'est pas encore visible, mais sachez que tout quartier populo est potentiellement gentrifiable, et qu'il faut s'attaquer au mal à la racine. Vos initiatives seront personnelles et vous sembleront insignifiantes, mais dites-vous que ce sont les petits gestes du quotidien qui contribueront à faire de votre quartier un répulsif à gentrifieurs.

  • De nouveaux locataires emménagent dans votre immeuble et présentent tous les signes extérieurs du Grand Méchant Gentrifieur – véhicule hybride, alimentation paléo-vegan, enfants photogéniques, original de Damien Hirst ? Courez leur souhaiter la bienvenue avec un bon gâteau plein de gluten et d'exhausteurs de goût.
  • Achetez des kilos de bœuf en barquette à bas prix chez Dia et faites-en cuire à toute heure de la journée, fenêtres ouvertes. Vous n'arrivez pas à tout manger ? N'hésitez pas à glisser un steak de temps à autres sous le paillasson ou les essuie-glace de vos voisins.
  • Sabotez systématiquement le tri sélectif. Jetez vos surplus de barbaque dans la poubelle à verre, chiez dans la benne à carton, bourrez le bac à compost de mégots. L'absence de civisme rebute le GMG.

 

(Source)

 

  • Ayez toujours sur vous trois Posca (rouge, blanc, noir) avec lesquels déposer ça et là, une fois la nuit tombée, des graffiti racistes et/ou homophobes. Quel que soit le propos, tant que le code couleur du drapeau nazi y est, vous êtes bon.
  • Ne restez pas chez vous pour vous droguer, faites-le en public. Attention, on ne vous parle pas de petits cachetons ; privilégiez les drogues nécessitant un rituel long et visuellement impactant, mais pas trop insolite (le GMG adooore tout ce qui est insolite). L'héro, oui ; les plantes chamaniques à chiquer, non.
  • Vous finirez tôt ou tard par recevoir la visite d'un promoteur qui, sous un prétexte fallacieux (vérification de prises électriques, mesure de l'épaisseur des plinthes), voudra s'introduire chez vous pour vous intimider avec des menaces de rénovations prétendument obligatoires. Ayez toujours plusieurs machettes et/ou bêtes écorchées dans votre corridor d'entrée et prenez soin d'être entièrement nu et de saigner abondamment chaque fois que vous ouvrez la porte.

 

(Source)

 

Votre quartier est en cours de gentrification à un stade plus ou moins avancé

L'heure est grave. Il s'agit de tout donner pour effaroucher les promoteurs et les nouveaux arrivants, locataires ou propriétaires prêts à payer leur bien beaucoup plus que les prix pratiqués ailleurs dans le quartier, parce qu'une somme à trois, quatre ou cinq chiffres, pour eux, c'est kif-kif. Pour cela, une seule solution : la mobilisation collective.

  • Mettez en place un ramassage des ordures alternatif qui consistera à centraliser tous les déchets du quartier devant les galeries d'art.
  • Un local commercial se libère ? Empêchez l'émergence d'un énième écocafé-fleuriste-fablab et cotisez-vous entre voisins pour ouvrir une boutique en franchise, sape made in Bangladesh ou fast food, qu'importe, pourvu que ce soit du bas de gamme qui implique, à un ou plusieurs niveaux de l'échelle de production, de la maltraitance infantile ou animale.
  • Le dimanche, plutôt que de traîner votre cuite au lit, surveillez les sites de petites annonces immobilières et rendez-vous entre amis aux visites groupées. Surtout ne prenez pas de douche, ayez sur vous un cubi de Cuvée du Patron et/ou un clébard incontinent et/ou un diabolo, le reste ira de soi.

 

(Source)

 

  • Un shop éphémère proxivore-friendly de frozen laitages équitables vient d'ouvrir dans votre rue ? Tous ensemble, faites courir le bruit que leurs mango lassi sans lactose ne sont pas vraiment sans lactose.
  • Pour pallier la disparition des putes, délogées de leurs chambrettes au profit d'étudiants en commerce bien nés qui produisent de la deep house dans leur temps libre, proposez des rapports sexuels monnayés aux personnes que vous croisez sur vos trajets quotidiens.
  • Votre rue, après une copieuse purification ethnique, a été classée aux monuments historiques ? Relevez la tête, tout n'est pas perdu. Organisez une grande opération collective Nacht und Nebel ; sur plusieurs semaines, la nuit, vous irez repeindre les volets de vos voisins dans des couleurs criardes puis passerez des coups de fil anonymes à la direction du Patrimoine pour dénoncer les délits au code de l'urbanisme. A force de recevoir semonces et rappels à l'ordre injustifiés, les GMG finiront par regretter amèrement d'être venus s'installer ici.

 

 

Marie Klock  // Visuel de Une : Scae // Idée originale: Alexandre Stipanovich.