De son vrai nom Alexandra Hughes, Allie X est une auteur-compositrice-interprète canadienne fraîchement débarquée sur la scène pop après une courte carrière dans un groupe électro et d'ores et déjà annoncée comme la révélation de l'année 2015.

 

Si on la compare de façon frontale aux popstars telles que Britney Spears, Taylor Swift ou Katy Perry, Allie X fait figure d'outsider, bien qu’il devienne de plus en plus "cool" d’avouer écouter Britney ou Taylor (Katy, c’est une autre paire de manches).

 

 

Pas question pour autant de cracher sur le boulot des copines, car même si elle est plutôt affiliée à la clique de Robyn, Charli XCX ou Sky Ferreira (à laquelle son clip fait penser), Allie s'est entourée sur son premier album à venir de Cirkut et Billboard, deux producteurs connus pour leur travail avec Ke$ha et… Katy Perry.

 


Le problème que rencontre son premier clip, c'est qu'il fait partie de ces vidéos surchargées, beaucoup trop distrayante pour le morceau qu'elles sont censées représenter. Difficile de se concentrer sur le potentiel de Catch face à une avalanche d'images toutes plus intrigantes les unes que les autres. C’est dommage car ce titre, sorti au mois de février de l’an dernier, est un morceau de qualité qui gagne à être connu, comme en atteste sa bonne camarade Katy Perry (qui devient décidément de plus en plus "cool").

 

Toujours est-il que Catch est le genre de clips sur lequel on ne risque pas de tomber en allumant la télé, parce que 1) il serait diffusé à 3h41 du matin, et 2) de toute façon personne ne regarde les clips sur W9, YouTube ayant supplanté depuis belle lurette les robinets à clips au statut aujourd'hui complètement obsolète.

 


Mais tout cela relève de l'ordre du détail. La gloire mainstream, Allie aura bien le temps de l’appréhender, elle qui avoue être inspirée par des artistes comme The Weeknd ou Lana Del Rey qui «ont su se faire connaître de façon non-traditionnelle». Espérons malgré tout que son ascension soit des plus rapides, apportant par la même occasion une bouffée d’air frais bienvenue en ce début d’année encroûté, entre une Madonna vrombissante et le Four Five ZZzzzzZzzZzzz de Rihanna.

 

 

 

Thomas Rietzmann.