Ces gars-là, on les trouve certes chez les studios mainstream, mais surtout chez tout ce qui est indépendant, les petits studios comme Randy Blue ou ceux qui sont encore plus marginaux, tels Bilatin.com. Ces mecs n'arrivent pas à cacher qu'ils sont gentils. Pas "gentil" dans le sens "idiot" ou "Bisounours", mais dans la catégorie serviable, qui cherche à donner du plaisir à son partenaire, qui attend de venir après que l'autre ait joui, qui ne se comporte pas comme un mec égoïste, quoi.

 

C'est un phénomène de tendance que l'on retrouve aussi sur les applications de drague comme Scruff où les mecs insistent sur le eye to eye dans le sexe, demandant un minimum de contact visuel pendant l'action. Face à l'anonymat et la profusion d'offres de la hook-up culture, ces hommes lambda exigent à nouveau un besoin d'échange, de discussion, de cuddle. Même chez les jeunes, on en voit de plus en plus se plaindre des limites du plan quand le mec arrive : on baise et il part tout de suite après, comme s'il avait un truc plus urgent à finir.

 

Colby Keller
 

Dans le porno gay, Colby Keller est l'un des chefs de file de cette nouvelle approche du sexe hard où l'on tente de réaliser quelque chose qui ressemble davantage à la vraie vie. Même Libération l'a remarqué. Ces acteurs tels que Dale Cooper, Jimmy Fanz ou Joe Parker veulent montrer que le sexe hardcore plein de sueur peut s'accompagner du regard droit dans les yeux, comme pour dire que c'est "pour de vrai". Le studio CockyBoys s'est fait une spécialité de ces films où l'on respecte tous les paramètres du porno actuel tout en créant une niche où le hard peut être, comment dire, plus décontracté. La photographie est particulièrement riche, comme dans le film A Thing Of Beauty où carrément, ça saute aux yeux : il y a du relief partout, les couleurs sont vibrantes. Idem dans un autre film assez proche d'un autre studio, Men In the Sand de DragonMedia, dont les scènes en extérieur sont très similaires à celles de Looking ou de Weekend par le réalisateur anglais Andrew HaighCette idée du making love entre stars du porno a aussi été traitée par un grand studio, Raging Stallion, mais en fait ce fut un flop romantique car trop fake. La grande scène non-surpassée de Raging est dans le DVD The Drifter avec Logan McCree et son mec de l'époque, Vinnie D'Angelo, mais tout ça date de 2008.

 

Colby Keller, qui était à Paris il n'y a pas longtemps, est l'un des rares acteurs qui explique carrément dans ses vidéos que, pour lui, le foreplay est essentiel. Sans emmerder le monde, il dit dans Colby Keller hammers Levi Michaels à quel point c'est fondamental de s'embrasser, de se caresser, le whole shebang quoi. C'est très rare en fait, ce type de déclaration. Le fait qu'il dise tout ça en étant souriant le transforme en role model hipster et artiste très représentatif du porno gay actuel qui ne se limite plus aux pros renversants comme Rocco Steele (qui est devenu un vrai phénomène culturel). On retrouve alors un sous-texte éducatif dans le porno, sans perdre l'excitation de l'érotisme. Ca ressemble à un truc qui pourrait s'appeler tout simplement faire l'amour. On rejoint aussi cette tendance dans le célèbre slogan apparu sur Tumblr, "Join the resistance, fall in love". Ce cri de ralliement exprime l'énervement d'une partie de la communauté non pas face au trop-plein de sexe, mais face à la difficulté de se laisser aller à une vraie cohabitation masculine sans jeux de pouvoir. OK, c'est une minorité - puisqu'elle se dit être dans la résistance - mais c'est une idée qui peut séduire beaucoup de monde.

 

Levi Michaels

 

C'est connu : le porno, qu'il soit gay ou hétéro, est très formulaïque. Le déroulé d'une scène ou d'un film peut être prévu à l'avance depuis les positions jusque dans la succession des plans. Mais tout est bousculé quand un acteur regarde droit dans la caméra pour dire au public - ou au réalisateur - que là, WOW, il prend son pied. Il peut le faire comme un freak tel Igor chez MachoFucker, comme un thug avec Python chez PapiThugz, comme un latino avec Fodido ou Hazzard chez BiLatinMen, comme un redneck avec Colby chez TheGuySite, etc. Ca doit être pareil dans le porno hétéro, mais je ne suis pas assez calé pour en faire une généralité. C'est ce regard qui fait la différence, qui provoque l'orgasme, qui dit si l'on en fait trop ou si l'on est soi-même.

 

Le regard est donc le signe du mec bien qui prolonge ses qualités, son physique, sa manière de bouger, comment il domine l'autre ou comment il est dominé. C'est sincère, quoi. Cette connection visuelle droit dans les yeux est finalement un trait culturel, que l'on retrouve bien sûr dans la surabondance de selfies partout et sur Tumblr. Il y a 15 ans, l'un des leaders du genre était Jean-Noël René Clair, le seul réalisateur de pornos gays qui insistait beaucoup sur les plans rapprochés des visages de ses acteurs - longs en plus, j'en ai d'ailleurs beaucoup parlé. C'était un signe d'émerveillement, d'autant plus que la majeure partie de ses modèles était complètement hétéro. C'était une manière de se rapprocher de ces hommes inabordables que l'on ne peut jamais photographier de très près, sous peine de se faire casser la gueule.

 

Bravo Delta

 

Depuis, avec le développement du gay for pay et de la bisexualité, ces mecs hétéros sont visibles partout comme chez Broke Straight Boys, dont le célèbre slogan est "Every boy has his price". Chez ce studio, il y a des mecs particulièrement généreux comme Romeo James ou Blake Bennet, des mecs qui sont hétéros mais qui font un effort qui dépasse ce qu'on leur demande. Donc l'ironie actuelle vient du fait que le porno gay a beaucoup été influencé par ce que peuvent faire les mecs hétéros ou bi au lit. S'ils sont hétéros et qu'ils sont capables de baiser d'une manière assez sympa tout en apprenant comment il faut faire, les gays sont passés à une autre étape. Si les mecs hétéros parviennent à faire l'amour alors que ce n'est pas leur orientation sexuelle, cela veut dire que les gays peuvent au moins essayer d'apprécier ce qui se passe avant ET après le sexe. Restez au lit, bordel ! Oui, vous avez du shopping à faire mais ça peut attendre, non?

 

Caressez votre mec.

Soyez gentil.

Take 5 !

 

 

Didier Lestrade // En Une : Dale Cooper / Colby Keller / Levi Karter.