Etats-Unis - Billboard Hot 100

 

 

Il faut du temps au temps
Vous avez forcément déjà entendu ce morceau quelque part. C'est au cours de l'été 2012 que la ballade folk Let Her Go se voit commercialisée sur iTunes dans la discrétion la plus totale. Une première partie sur la tournée de son pote Ed Sheeran et un bouche à oreilles efficace aideront peu à peu le morceau à se faire sa place. A l'été 2013, l'application Shazam prédit que le morceau sera le tube de l'été, en se basant sur le nombre de fois où les gens l'ont "taggé" en cherchant à connaître son auteur.

Nous sommes à présent en février 2014, et une ultime preuve que le morceau a de la ressource vient de voir le jour : suite à une pub larmoyante pour une marque de bière mettant en scène l'amour contre-nature (han) entre un chien et un cheval diffusée lors du dernier Super Bowl, le single connaît un nouveau sursaut et vient se loger à la 5ème place du Billboard Hot 100.

 

Être l'auteur d'un morceau aussi monstrueusement populaire peut se révéler être à double tranchant. A l'instar de Gotye, Passenger court le risque de ne devenir que l'homme d'un seul tube. Mais si cela lui octroie tout le loisir de sortir la musique qu'il désire sans aucune contrainte financière en parallèle, alors il s'agit d'un mal pour un bien. Après tout, 3 millions de ventes rien qu'aux Etats-Unis (tout en sachant que le titre a été numéro 1 dans 16 autres pays), ça aide.

La morale de l'histoire, c'est que vous pouvez toujours entreprendre de sortir un single ni vu ni connu sur les plates-formes de téléchargement légal, et ne pas être à l'abri qu'il devienne un tube d'ici 15 ans, ou même après votre mort. Et qui sait, peut-être que cette fameuse chanson que vous aviez écrite saoûl, dans un moment d'égarement, sur un bout de serviette en papier au mariage de votre meilleure amie auprès de qui vous n'avez jamais osé faire le premier pas, sera peut-être un jour utilisée pour illustrer, à son tour, une pub pour de la poudre chocolatée mettant en scène l'amour qu'un singe voue à une girafe, ou quelque chose comme ça.


Royaume-Uni - Official Charts Company
 

 

Dance Machine

Ce mois-ci, la musique électronique semble avoir la mainmise sur la majorité du top des ventes de singles britanniques. C'est bien simple - où que l'on jette un oeil, la dance music semble avoir pris ses quartiers d'hiver. Seul Pharrell résiste à l'envahisseur, mais ça, c'est parce que Happy semble disposer d'un attrait universel, tel Waka Waka ou Gangnam Style à l'époque.

 

A la 16ème place, c'est la tornade Neon Jungle, un groupe formé à partir d'une série d'auditions dans le but d'en faire les rivales plus punchy des incontournables Little Mix. En 11ème place, c'est Le Youth, qui reprend des samples R&B des années 90 pour venir les caler sur une instru house, accompagné d'un couplet de la rappeuse Dominique Young Unique. 2 places au-dessus sévit la deep house des londoniens de Gorgon City.

Plus haut dans le classement, on trouve le retour du DJ électro-house DJ Fresh en compagnie de Ms. Dynamite pour la réponse britannique au dancehall frétillant de Major Lazer. Aux quatre coins du top 10, David Guetta, will.i.am et Pitbull font leurs besoins sans aucune vergogne (et sans nettoyer derrière eux, cette bande de malpropres). Enfin, Zedd occupe la seconde place du classement avec sa formule habituelle : quelques accords de piano sur un beat électro-house avec une chanteuse à voix.

 

Mais c'est la 1ère place du top qui nous intéresse ici, avec Clean Bandits et Jess Glyne et leur très sympathique Rather Be, succès surprise de ce début d'année au Royaume-Uni. Le titre s'est en effet déjà écoulé à plus de 400 000 exemplaires. Une rareté pour cette période de l'année réputée molle, voire anémique en terme de ventes. En France, la chanson a servi de "Coming Next" au Grand Journal il y a deux semaines, ce qui annonce son potentiel succès (d'ici trois mois). Peut-être qu'un remix de The Magician accélèrera le processus comme ce fut le cas pour Lykke Li il y a deux ans.

Et côté albums ? Ici aussi, c'est le nouvel album de Katy B qui mène la dance.

 

France - Syndicat National de l'Edition Phonographique

 

 

Violetta, jolie fleur de java
Si vous n'avez pas d'enfants évoluant dans votre quotidien, il est possible que vous soyez passés au travers du phénomène Violetta, télénovela argentine produite par Disney à destination d'un public de pré-adolescents en quête d'une nouvelle idole depuis la fin de Hannah Montana et l'émancipation de son interprète principale. Violetta est une jeune fille qui a hérité de la voix de sa mère, chanteuse décédée lorsque celle-ci était toute petite. Son richissime père l'emmène à Madrid en espérant démarrer une nouvelle vie loin des spotlights (des Tropiques). De retour à Buenos Aires, elle rejoint une école de danse qui va lui apprendre à twerker développer son talent artistique. Malheureusement, des apprenties chanteuses rivales pointeront vite le bout de leur nez, et les jaloux vont maigrir. Bref, rien de trépidant pour une génération qui a déjà connu Un, Dos, Tres.


Les couleurs criardes, le doublage français douteux, les intrigues qui n'en finissent pas de s'accumuler (le résumé en début d'épisode paraît interminable)… tous les ingrédients d'une télénovela poussive sont réunis. Et pourtant, le succès est au rendez-vous, avec déjà plus de 150 épisodes au compteur depuis le début de la série en 2012. Au fil des mois, la série est devenue une véritable institution qui pousse les élèves de 4ème à redoubler d'efforts en cours d'espagnol, comme ses compatriotes germaniques de Tokio Hotel qui, à l'époque, avaient eu l'effet bénéfique de provoquer une recrudescence d'inscriptions en allemand LV2 - recrudescence aux effets aujourd'hui largement estompés.

Cette semaine, trois bande-originales de la série figurent dans le top albums français. Un joli score pour cette franchise encore récente. Que la jeune Martina Stoessel (c'est le nom de l'actrice) en profite, car comme toutes les autres avant elle, Violetta ne durera qu'un temps, avant que son public ne grandisse et que la nouvelle génération ne la trouve trop ringarde à son goût. Pusieurs destins s'offriront alors à elle : une vie paisible entre maternité et guest-starring à tire-larigot, un coming-out en toute discrétion, ou bien Miley Cyrus.

 

 

Thomas Rietzmann.