1. C’est un artiste sans œuvre

Roi des vidéos-clubs au début des années quatre-vingt dix, JCVD est devenu le Bruce Lee de l’époque en enchaînant quasiment navet sur navet.

 

 

En interview, il n’a pourtant jamais douté des ses talents d’acteur, déclarant par exemple : «OK, Jean-Claude Van Damme n’est pas Anthony Hopkins, mais Anthony Hopkins n’est pas Jean-Claude Van Damme».

 

2. On lui doit l’invention du Kuduro

Le phénomène musical et social du Kuduro aurait été lancé en 1996 par le chorégraphe angolais Tony Amado. L’idée lui serait venue alors qu’il regardait le film Kickboxer. Dans une célèbre séquence, le personnage un peu pompette interprété par JCVD danse avec une zouze dans un bar thaïlandais. Une seconde fille rejoint le mouvement et le tout prend des allures de parade nuptiale. Moment d’épiphanie, Tony Amado est frappé par le pas saccadé de l’acteur, son dandinement et son serrage de fesse musclé qui lui fait penser à un rituel de la région de Malanje, une province angolaise. Ainsi naquit la danse du Kuduro (littéralement «cul dur»).

 

 

3. Il fut en avance sur son temps

 

JCVD commence à déconner à plein tubes à la fin des années quatre-vingt dix, avec notamment une interview délirante dans le magazine Première. Pendant quelques années, chacune de ses interventions télévisuelles aurait pu faire des millions de vues sur YouTube. Hélas, à l’époque ça n’existait pas tout ça, et JCVD passait juste régulièrement pour un fou ou un idiot sous influence de substances illicites, au lieu de devenir un star intergalactique, comme Nabilla aujoud’hui.

 

4. Il a un jour osé porter cette coupe de cheveux :

 

Et il l’a même fait au cinéma, dans Hard Target (Chasse à l’homme) de John Woo.

 

 

5. Toute la carrière de JCVD repose sur une seule chose, ou plutôt deux

Ses jambes, leur souplesse, et la capacité de l’acteur à leur faire faire le grand écart en toute situation. La légende raconte que la carrière du jeune Jean-Claude aurait débuté par une rencontre avec le fameux Menahem Golan qu’il aurait convaincu à la sortie d’un restaurant en lui faisant une démonstration de ses talents sportifs. Estomaqué, le producteur lui aurait proposé d’interpréter Frank Dux, légende des arts-martiaux, dans Bloodsport. JCVD a ainsi réussi dans le cinéma comme Linda Lovelace (Gorge Profonde) dans le porno, avec un simple et pur mouvement, devenu sa signature et son moyen le plus direct d’expression et d’affirmation.

 

 

Info tout à fait importante pour nos lecteurs libidineux : Jean-Claude Van Damme a transmis ce don du grand écart à sa fille, nommée Bianca Bree, qui est elle aussi actrice. Elle a joué aux côtés de son papa dans deux films direct to DVD et dans son prochain film Welcome to the Jungle (voir ci-dessous).

 

 

6. Il creuse la backstory de ses personnages comme aucun autre acteur

Interviewé par Les Inrocks en 2013, JCVD déclare : «je viens de faire un film qui s’appelle Enemies Closer. Mon personnage est un méchant-méchant, genre vraiment méchant – mais qui est aussi végétarien. Le directeur c’est Peter Hyams, avec qui j’ai fait Time Cop. Donc je vais chez lui je lui dis : "attends, je suis un méchant, OK, mais pourquoi je suis un méchant ?". Il me regarde et il me dit : "t’es méchant parce que t’es méchant !". Je lui dis : "attends, tu deviens pas méchant parce que t’es méchant. Il y a forcément une raison. Pourquoi je suis méchant ? Et puis pourquoi je suis végétarien aussi ? Méchant c’est une chose, mais végétarien putain ?".».

 

Oui, pourquoi végétarien ? Réponse complète dans la suite de l’interview.

 

7. Il a une statue en bronze grandeur nature à son effigie

 

Elle est inspirée de son personnage dans Bloodsport. Si vous souhaitez aller la voir l’un de ces prochains week-ends, sachez qu’elle se situe dans la ville d’Anderlecht en Belgique.

 

8. Un film lui est entièrement dédié

Il s’agit d’un film-concept de Mabrouk El Mechri où l’acteur interprète son propre rôle.

 

 

Pas sûr qu’on puisse faire ne serait-ce qu’une émission de télé-réalité avec votre personnalité.

 

9. La bande-annonce de son prochain film annonce un grand retour

 

Avec ce film, Jean-Claude Van Damme semble de nouveau à l’heure de l’époque. L’ironie dominant le monde occidental, ce film pourrait bien attirer un public second degré criant au génie.

 

10. Il a atteint l’éternité en une minute et dix-sept secondes

 

Cette publicité qui, au moment où nous rédigeons cet article a déjà dépassé les cinquante-cinq millions de vues, confine au sublime avec un matériau des plus kitsch : deux camions, un coucher de soleil, JCVD au centre et Enya à la musique. On ne fait pas pire, et pourtant, c’est sûrement la vidéo qu’on devrait envoyer si l'on voulait communiquer avec une vie extraterrestre intelligente. C’est l’Homme de Vitruve de ce début de siècle.

 

 

Léonard de Vinci ne pensait pas devenir aussi célèbre en peignant le portrait de la femme d’un marchand d’Art florentin, qui résumait pourtant tout son art. Comment le jeune Jean-Claude Van Damme débarqué aux USA à dix-neuf ans avec l’envie de réussir et des rêves plein la tête pouvait penser atteindre l’immortalité en faisant le grand écart entre deux camions pour une publicité ? Comme le chante Enya : «Who can say where the road goes ? Only time».

 

 

Damien Megherbi.