Les êtres venus de la télé-réalité

 

Le scénario-type : Un philosophe spécialiste en ontologie découvre que les habitants de son village se transforment peu à peu en êtres dénués de substance, de sens commun, de bon goût et de syntaxe. Peu à peu, il découvre que des simulacres d’humains venus de la télé-réalité s'emparent pendant la nuit des enveloppes corporelles de ses concitoyens. Autour de lui, le monde ressemble chaque jour un peu plus à Tellement Vrai. En enquêtant, il se rend compte que le quartier général de ces répliques humaines se trouve dans les locaux d’une chaîne de télévision nationale. C’est tout… Pour le moment…

 

Les références : L'Invasion des Profanateurs de Sépultures, Invasion Los Angeles, Alps.

 

 

 

Les robots trop humains

 

Le scénario-type : Des robots d'apparence humaine envahissent le monde sans que personne ne s'en aperçoive. On découvre que Madonna est l'un des robots les plus anciens encore en activité. Pharrell Williams en est un, comme la moitié des actrices et acteurs d'Hollywod qui ne vieillissent pas (Eva Mendes, Charlize Theron, Paul Rudd, Michael Cera). De même, les mannequins portent leur nom à juste titre depuis le début des années 2000. Obama n’est pas un alien, mais bel et bien un cyborg (mais pas les Daft Punk). Ainsi, le monde a été envahi par les robots pendant que l’humanité passait son temps sur des sites déconseillés au travail. En rentrant chez lui, le héros se rend compte qu’il vit avec une poupée gonflable, que son grille-pain est plus intelligent que lui, et que lui-même est peut-être un robot (mais qui ne coûte pas très cher alors).

 

Les références : Blade Runner, la série Real Humans, The September Issue (le documentaire sur Anna Wintour).

 

 

 

Le virus hipster

 

Le scénario-type : Un nouveau virus dont l’origine demeure inconnue a fait son apparition et menace de provoquer la disparition de l’humanité. Chez les hommes, la maladie se manifeste d’abord par l’apparition d’une pilosité aux alentours du philtrum (sillon sous-nasal), parfois c’est une barbe qui mange la moitié du visage du malade. Chez les femmes, les cheveux peuvent changer de couleur pour prendre une teinte rose ou bleu. Ensuite, des problèmes de vues imposent à la personne contaminée le port de lunettes triple foyer. La peau de certains malades se recouvre de marques bizarres. Puis, la façon de s'exprimer du patient se modifie. Ses propos deviennent obscurs. Il passe son temps à faire référence à des choses dont personne n'a jamais entendu parler. Souvent, ses phrases ont une tonalité ironique. A ce stade, le malade développe un goût prononcé pour les choses moches dont il s’accoutre pour sortir dans la rue ou qu’il utilise pour décorer son logis. Toutes les villes du monde sont touchées, les unes après les autres, même en province. Les individus atteints, qui généralement nient leur maladie, se désocialisent du reste de la population et sont isolés dans des ghettos où la civilisation moderne n’a plus sa place (on ne s’y déplace plus qu’en vélo).

 

Les références : 28 jours plus tard, New York 1997.

La variante : Les bobos qui sont aux hipsters ce que les vampires sont aux zombies.

Remarque : Attention, à ne pas confondre le hipster avec le leprechaun.

 

 

 

L’assemblée des clowns

 

Le scénario-type : Des clowns venus de l’espace enlèvent l'intelligentsia de nos pays pour en faire des clowns. Les dirigeants des grandes organisations internationales se ridiculisent les uns après les autres. En France, la classe politique, les intellectuels et les patrons du CAC 40 ne sont plus pris au sérieux par personne. L’expression cirque médiatique a plus de sens que jamais. Obama et François Hollande deviennent les rois de la blagounette. L’UMP est divisé entre deux teams de clowns (un peu comme dans Twilight). Yann Barthès devient rédacteur en chef du Monde Diplomatique. Les peuples sont hilares en permanence. Le Joker a gagné. L’avenir n’existe plus.

 

Les références : The Dark Knight, Les clowns tueurs venus d’ailleurs, Ça, V.

La variante : Des modasses et des modeux dirigés par Karl Lagerfeld (qui est un extraterrestre dissimulant sa vraie nature de lézard derrière ses lunettes et ses gants) prennent le contrôle de la planète.

 

 

 

L’attaque des lolchats 

 

Le scénario-type : Des chats venus d'un univers parallèle pénètrent dans notre monde et hypnotisent les humains qui passent alors leur temps à regarder ces animaux maléfiques faire des choses dénuées de sens. On se détourne des priorités et des objectifs qui sont ceux de l’humanité depuis 10 000 ans. Le QI moyen passe en dessous de la barre des 80. La productivité économique mondiale chute. Le monde est paralysé.

 

La référence : Idiocracy.

La variante : Brain est un magazine dirigé par une secte et destiné à prendre le contrôle des esprits des internautes du monde entier par le biais du wi-fi et des smartphones (à votre avis, pourquoi ça s’appelle Brain ?).

 

 

Damien Megherbi.