AUDREY PULVAR ou la fuite en avant

 

Lorsqu’on sort d’une relation, on a l’impression de redécouvrir le monde, on se lâche, on essaye de nouvelles choses, on réalise ses fantasmes qu’on avait mis de côté, on teste son pouvoir, on fait la danse du torchon debout sur la table. Or, Audrey Pulvar a, au cours des derniers mois, rompu successivement avec le public (finissant par fermer son compte Twitter, Arnaud Montebourg et Les Inrockuptibles). Depuis, on se demande où est passée la journaliste réputée pour son professionnalisme. Elle fait tout et n’importe quoi, en particulier dans l’émission qu’elle anime sur D8. Des danses lascives, une imitation embarrassante du «Allô ?» de Nabila, du sauna nue, du pole dance et la rockstar au Sidaction... s’agirait-il de compenser un manque d’activité sexuelle ? Nous ne sommes pas dupes, on sait bien que derrière l’hyperactivité, il y a un petit cœur brisé qui ne demande qu’à être de nouveau aimé.

 

L’addiction qui exprime son manque : l’attention des autres.

 

La citation : « Après l’emballement, l’espoir d’un monde meilleur, les étoiles dans les yeux, l’air pur qui gonfle les cœurs, vient la désillusion. Étonnant ? L’amour, quoi. »

 

 

GERARD DEPARDIEU ou la glissade infinie

 

On ne saurait dire précisément quand Gégé a commencé à déraper, mais depuis l’annonce de son exil fiscal à Néchin et la campagne de Russie, il est devenu l’ennemi public n°1 d’une France qui ne demandait qu’à trouver un bouc émissaire pour défouler la violence sociale et économique qui règne en son sein. Depuis, toute la Gaule semble s’être liguée contre Obélix. Dernièrement, l’acteur se serait même fait voler son scooter. Contrairement  à ses collègues qui font ce qu’ils peuvent pour ne pas que les Français les jugent comme des parasites surpayés, le Charlie Sheen français entretient constamment la polémique dans une attitude qui peut sembler suicidaire, au point que ses amis s’inquiètent pour sa santé.

 

L’addiction qui exprime son manque : l’alcool.

 

La citation : « I’m not a monster, I’m just a man who wants to pee ».

 

 

JUSTIN BIEBER ou le destin parabolique

 

Agressions de paparazzi, retard à des concerts, port incongru de masque à gaz, excès de vitesse, consommation d’alcool en dessous de l’âge légal, propos incohérents sur Instagram, Justin Bieber est un adolescent qui va mal et une star qui semble suivre le destin de Britney Spears, passant du gentil garçon au visage lisse au bad boy autodestructeur. Les spécialistes s’accordent sur le fait que cette crise d’adolescence tardive fait suite à sa rupture sentimentale mal digérée avec l’actrice Selena Gomez.  Depuis cette désillusion, Justin Bieber a en particulier développé un étonnant syndrome :  régulièrement, il refuse de s’habiller et exhibe son torse glabre en public. La dernière crise aurait eu lieu en Pologne. Alors que la température extérieure était de -10°C, la jeune pop star a retiré sa chemise dans la voiture le conduisant à l'aéroport de Lodz et s'est rendu à moitié nu jusqu’au contrôle de sécurité. Il ne s'est rhabillé qu'une fois parvenu au bas de son avion. Pourquoi ce besoin impérieux de se mettre à nu ? Peut-être une façon d’attirer l’attention, comme une réponse à son ex-petite amie dont la carrière cinématographique décolle et qui s’étale en maillot de bain sur toutes les affiches publicitaires du film Spring Breakers ?

 

L’addiction qui exprime son manque : tomber la chemise.

 

La citation : « Je comprends que cela fait partie du jeu d’être jugé… mais jugez-moi sur les faits, jugez moi sur la musique ».

 

 

DOC GYNECO ou le crépuscule d’une idole

 

Au milieu des années 90, quand on cherchait la définition du mot «cool» dans le dictionnaire, on tombait sur la photo de Doc Gynéco. Hélas, signe des temps, on apprenait fin 2012 que celui qui aurait pu devenir le Gainsbourg du rap tendance variet’ pointait à Pôle Emploi et vivait chez sa maman à bientôt 40 ans, suite notamment à quelques démêlés avec le fisc. Le Doc’ avouait avoir abusé de médocs et révélait que sa fiancée refusait désormais de lui ouvrir la porte. Cette descente aux enfers avait commencé après son soutien à Nicolas Sarkozy en 2007 qui lui avait valu de multiples attaques. Remarquons cependant que depuis ses débuts, on avait pu ressentir chez le rappeur une tendance à la dépression qu’il avait d’ailleurs mise en chanson dans des titres tels que Nirvana ou Solitaire. Aux dernières nouvelles, le beau sire irait mieux et préparerait  son comeback avec un nouvel album.

 

 

L’addiction qui exprime son manque : le cannabis.

 

La citation : « C’est donc ça la vie, c’est pour ça qu’on bosse ? »

 

 

RYAN GOSLING ou la position du démissionnaire

 

Après le pape et votre pote qui négocie une rupture conventionnelle pour monter sa start-up, c’est Ryan Gosling qui s’y met en annonçant son intention de faire un break. Néanmoins, pas de panique, il n’est pas garanti sur facture que l’acteur va disparaître tout de suite, étant donné qu’il a vingt-cinq projets sur le feu - dont la réalisation d’un film et  l’incarnation d’Oscar Pistorius dans un biopic retraçant l'ascension et la chute de l'athlète paralympique sud-africain. Par ailleurs, à Hollywood, ils passent leur temps à nous faire le coup de la fausse retraite (Joaquin Phoenix, récemment Leonardo Di Caprio et Quentin Tarantino, ainsi que Steven Soderbergh à peu près tous les ans). Ça ressemble un peu à ces personnes qui se déprécient (tu es sûre que tu ne t’ennuie pas avec moi / je suis trop grosse / je suis nul) pour qu’on leur crie encore plus fort notre amour et qu’on chante leurs louanges. Quoiqu’il arrive, pas d’inquiétude, la Gosline, une hotline destinée à soutenir les fans désemparés, a déjà été mise en place.

 

L’addiction qui exprime son manque : la mode.

 

La citation : «J'en ai trop fait. J'ai perdu du recul sur ce que je fais. ».

 

 

 

Damien Megherbi.