Jour 1
Après une journée de co-working effréné, j’humecte mon éponge konjac et c’est parti pour un moment de détente. Je masse en douceur ma zone T, et le résultat ne se fait pas attendre : c’est un orgasme de magnitude 8 qui déferle dans tout mon corps. Wahou ! On dirait que je viens de découvrir une nouvelle zone érogène !

Jour 2
Ce soir c’est samedi, et qui dit samedi dit un date Tinder dans mon lit ! Grâce à mon éponge konjac, mes pores sont resserrés comme jamais… et ils sont bien les seuls ;) Après le dessert, je propose à Cédric (38 ans, divorcé, responsable achats Toupargel) de m’administrer un massage du plancher pelvien avec mon éponge konjac. Il refuse. Allô le réac…

Jour 3
J’ai racheté six éponges konjac. Enfilées à intervalles réguliers sur une fine cordelette, elles constituent un chapelet anal DIY qui n’a vraiment rien à envier aux plus grands ! Hmmm, je me sens si coquine…

Jour 4
Je n’arrive plus à me passer de mes éponges konjac ! J’en ai racheté sept cent. Au bureau, dans les transports, les files d’attente, j’exfolie, j’exfolie, j’exfolie, il y a des murmures désapprobateurs, parfois, bien sûr, mais moi je m’en fous, y a pas de mal à se faire du bien comme qui dirait, qu’est-ce que tu mates toi ? T’as jamais vu une femme qui prend soin d’elle ? Tu veux mon éponge konjac dans ta sale gueule de con pleine de sébum de gros fils de pute ?

Jour 5
Deuxième date avec Cédric. Je l’ai tout bien exfolié de partout. Il ne respire plus maintenant. Mais sa peau est si douce…

Jour 6
J’ai fini de ranger les morceaux de Cédric dans les petits sachets de mes éponges konjac. Mais maintenant je ne sais plus où ranger mes éponges konjac. Je vais sortir racheter des sachets pour ranger mes éponges konjac. Tu viens Cédric ? On va faire une promenade !

Jour 7
Cédric ?

++ Cet article est extrait de Brain papier #2 qui est sorti le mois dernier partout ou presque.