Alors que pour nous, acheter des yaourts au Bifidus actif et du jambon de dinde au Franprix est la corvée la plus insoutenable qui profane nos dimanche placés sous le signe du chill et de la glande, pour Michael Jackson, c'était un rêve absolu. Forcément, quand on est devenu une superstar à 11 ans, on ne connaît pas la joie simple d'être ignoré par une caissière dont on est le 4203ème client de la journée, le frisson d'être bousculé au rayon fromage par quelqu'un qui sent plus fort que tout le rayon fromage réuni ou l'extrême béatitude ressentie lorsque l'on attend une demi-heure qu'une vieille dame paie sa salade par chèque. Que de belles tranches de vie sacrifiées sur l'autel de la célébrité. Heureusement, MJ avait beaucoup d'amis. En 2003, l'un d'eux, qui possédait un centre commercial en Floride, a eu une délicate attention : privatiser le Publix de Boynton Beach pour donner à l'artiste l'occasion de vivre l'incroyable expérience d'être ''normal''. Vous noterez les guillemets parce que bloquer un magasin toute une journée et le remplir de figurants qui connaissent Michael Jackson pour qu'ils jouent le rôle de quidams, cela n'a rien d'ordinaire. Un stratagème digne du Truman Show qui a vite dérapé puisque vous verrez sur la vidéo le King of Pop surfer sur son caddie, jouer au frisbee avec des assiettes en plastique dans les allées, se faire arroser de chantilly et poser avec le staff pour la photo. Des courses rien de plus banales, quoi.