norman

 

Tout avait bien commencé pour Norman Whiteside avec la sortie d’un disque assez parfait d’évidence, You Can Fly On My Aeroplane, sorti sur le label indie OWL en 1977. Son jeune créateur (22 ans et toutes ses dents) avait bénéficié d’une liberté de création totale durant les séances d’enregistrement. Il était persuadé que cette petite bombe allait bouleverser le soul-jeu avec des morceaux comme Alone Reprise et ses synthés tristes à pleurer, ou encore Put It In Real Good, un hymne aux sapiosexuels avant l’heure où il transforme le coït en acte cérébral : “Just let me take my brain and put it into you” (vas y Norm’, nous aussi on aime les types avec de gros, très gros cerveaux). Mais si sa musique a cartonné localement, les gros labels de l’époque, tels que Mercury, Atlantic, Motown et Stax, ont tous trouvé le style de Whiteside trop intello, trop bizarre, et l’ont recalé aux auditions.

Frustré et sans le sous, Norman arrête la musique et se lance dans une vie dissolue faite de braquages et d’arnaques. Jouant de malchance, il est arrêté le 3 avril 1985 pour le meurtre de Laura Carter, une jeune fille de 18 ans assassinée par balle… alors qu’il n’était pas présent sur les lieux du crime. Notre ancien zikos croupira en taule 31 ans avant d’être relâché en 2016, alors que la justice reconnaît une erreur judiciaire. On aurait pu penser sa carrière musicale brisée, piétinée. Mais en 2008, alors qu'il était encore en taule et pensait que sa musique était destinée à finir dans les limbes de l'oubli, le très recommandable label de réédition Numero Group le contacte, persuadé de tenir “le Frank Ocean des années 70”, et lui propose de promouvoir le disque auprès d’une nouvelle génération d’auditeurs.

norman2

Deux ans plus tard, les arrangements de synthé luxuriants d’Alone Reprise sont samplés par Jay Electronica dans Fat Belly Bella. Encore trois ans après, le grand Kanye West himself utilise le même échantillon sonore dans son tube Bound 2. Le morceau sera nominé pour un Grammy, avec Whiteside crédité en tant que co-auteur. Il regardera la cérémonie en prison avec ses potes détenus, n’en revenant pas de participer à ce prix prestigieux depuis sa cellule. A la suite de cet événement, You Can Fly On My Aeroplane est devenu l’une des banques de samples favorites des producteurs de hip-hop, de Logic à Stalley, en passant par Knxwledge et Frank Ocean. Norman confie à Dazed ne pas avoir reçu beaucoup d’argent pour Bound 2 - “Kanye West ne doit pas savoir qui je suis !”, confesse t-il avec lucidité - mais se montre philosophe : "Je suis heureux d'avoir retrouvé ma dignité". Depuis qu’il a été relâché, il travaille sur un nouvel album.