Qu'est-ce que Stravinsky et Britney Spears ont en commun ? Leur crâne chauve ? Leur talent de composition sans égal ? Leur amourette avec un ancien des NSYNC ? Absolument rien hormis un son, un seul : l'orchestra hit. Une saillie de cordes puissantes comme un coup de poignard. D'ailleurs, on l'appelle parfois l'orchestra stab. Un extrait de l'ouverture de la musique du ballet L'Oiseau de Feu que l'on retrouve dans ...Baby One More Time. La vidéo de Vox nous montre comment cette intro a été samplée par Peter Vogel, qui l'a intégrée à la banque de données du Fairlight CMI, l'un des synthés les plus évolués de son temps. C'est ainsi qu'une parcelle de l'oeuvre de Stravinsky s'est diffusée  dans la pop, le rap et le r'n'b comme un chlamydia dans une backroom : du Planet Rock d'Afrika Bambaata au Dangerous de MJ, en passant par Peter Gabriel, Kate Bush, Duran Duran, NWA, New Order ou The Smiths, ils y sont tous passés. Et Bruno Mars, qui exploite sans vergogne notre nostalgie, vient de le ressortir de son chapeau sur le remix très new jack de Finesse avec Cardi B en début d'année. Même si on aime la grande musique, pas sûr qu'il faille saluer le retour de ce tic de production souvent agaçant et angoissant comme une musique de JT.