2000px-Facebook_Like_button.svg27 janvier 2025
Premier discours annuel sur l’état de l’Union
Mark Zuckerberg, Président des États-Unis d’Amérique

Monsieur le président de la Chambre des représentants, et Madame la vice-présidente des États-Unis, Brooke™, membres du Congrès, les invités distingués, et mes chers compatriotes américains.

Reach !

Notre Constitution prévoit que, de temps à autre, le Président informe le Congrès de l’état de notre Union. Depuis deux cent vingt ans, nos dirigeants ont rempli cette obligation. Ils l’ont fait en période de prospérité et de tranquillité. Ils l’ont fait aussi en temps de guerre et de dépression, à des moments de profonde discorde et de grandes épreuves. Mais c’est la première fois cette année qu’elle est réalisée sous forme de notification “push” sur www.facebook.gov. Si vous souhaitez désactiver cette notification, il vous suffit d’aller dans Paramètres / Facebook / Paramètres de notifications / Notifications à gauche / cliquer sur l’icône bleue sur fond bleu qui se trouve à droite ou à gauche en fonction de votre fuseau horaire / champ “souhaitez-vous vraiment désactiver ?” / ”vraiment ?” / cliquer sur “accéder à la page de désactivation”, et de suivre ensuite les instructions indiquées.

En m’adressant à cette vénérable assemblée avec toute la solennité que requièrent mes nouvelles fonctions, je souhaiterais commencer par dissiper les doutes qui entourent notre politique et répondre aux principales critiques qui nous sont adressées depuis un an. Car après deux mandats de Donald Trump, le soulagement et l’espérance provoqués par mon élection, ici et dans le monde entier, n’ont pas dissipé les rumeurs et fausses accusations qui circulent à notre sujet. Répétons-le donc une bonne fois pour toutes :

Non, je ne suis pas un robot. [Rires] Cette accusation absurde pourrait prêter à rire, et pourtant hier encore, un sondage Gallup indiquait que 66% des Américains semblaient le penser. Rassurez-vous donc, je suis bel et bien un être de chair et de sang, comme vous. Seule ma brillante co-listière et aujourd’hui vice-présidente, Brooke™,  est une intelligence artificielle. [Rires]

Reach !

Non, notre équipe n’a pas usé de Facebook pour frauder à grande échelle pendant la campagne. Nous l’avons reconnu : seul un petit nombre de données a réellement été utilisé dans le cadre de nos campagnes ciblées. Si, par exemple, vous likiez une fanpage de curling, de David Sedaris ou d’Ed Sheeran, vous receviez davantage de publicités ciblées en provenance de notre mouvement.

Non, nous n’avons pas changé l’algorithme de Facebook en cours de campagne en appliquant un filtre aux publications de nos adversaires démocrates et républicains. Rassurez-vous : l’algorithme de Facebook change plusieurs fois par jour et personne, à part Brooke™, n’est en mesure de prévoir ses réactions.

Reach !

Si, comme moi, vous êtes encore de grands amateurs de l’onglet “Internet”, qui se trouve désormais en haut à droite sur www.facebook.gov, vous ne pouvez ignorer que les deux mandats de Donald Trump auront laissé le pays profondément divisé. La compagnie dont je fus le PDG prend sa part de responsabilité à ce sujet : faute de pouvoir éradiquer les fake news, il est vrai nous avons contribué à ce qu’elles deviennent une réalité (c’était plus simple, désolé). Nous nous sommes excusé pour les vols répétés de données personnelles, et même pour Farmville et les cagnottes Leetchi. Depuis mon élection, j’ai tout fait pour marquer ma différence avec mon prédecesseur. J’ai notamment mis un terme à sa rhétorique incendiaire et au scandale que constituaient ses tweets violents et anxiogènes, en privilégiant, pour mon message journalier à la population, l’application Messenger.

Durant ma campagne victorieuse, et sous l’égide de notre slogan désormais célèbre, “Reach !”, j’ai également appelé de mes voeux l’émergence d’une “communauté globale”. Une communauté plus inclusive, plus sûre, plus informée, qui favoriserait l’engagement de chaque citoyen dans les interactions riches qui font réellement sens pour lui, tels que les rappels d’anniversaires, les montages vidéo de “moments sympa” ou les commentaires sous les photos de bébés. Mais je vous propose aujourd’hui d’aller plus loin. Avec l’aide de Brooke™, nous pensons qu’il est temps désormais d’entrer dans une phase plus avancée de démocratie algorithmique, que j’appelle : algocratie. C’est pourquoi, dans les prochains mois, nous proposerons ou finaliserons :

  • un système de référendum par emoji ;
  • le rachat de l’ensemble de la presse papier existante et son recyclage comme énergie carbonée renouvelable pour alimenter nos nouveaux data centers ;
  • l’extension du safety check à d’autres cas utiles pour les citoyens (“je suis à un concert de Post Malone, mais c’est voulu, je suis en sécurité”) ;
  • la modération automatique des contenus Brooke™ est désormais capable d’éliminer toute seule les textes d’apologie du terrorisme, de repérer 97% des tétons dans les oeuvres d’art et, dans certains cas précis, de comprendre le second degré (mais la technologie est encore balbutiante sur ce point, c’est pourquoi nous conseillons aux citoyens de privilégier pour l’instant le premier degré).


Reach !

Je dois maintenant conclure cette intervention afin qu’elle ne dépasse pas le format vidéo sous-titré de 1 minute 30 qui est, selon tous nos travaux, suscite le plus grand taux d’engagement civique. Pour terminer, laissez-moi vous dire que… Ah, mais je vois sur mon prompteur que Brooke™, qui ne devait pas s’exprimer, souhaite ajouter un mot !

Reach !

[Brooke™] :  

brooke™Merci Brooke™ !

Reach ! Reach ! Reach ! Reach !

Je vous remercie, que Dieu vous bénisse et qu’il bénisse les États-Unis d’Amérique ;)

++ Cet article est extrait du Brain papier qui est sorti cette semaine partout ou presque. Venez à la soirée de lancement à La Folie ce soir ici.