Melanie GaydosRépondre à cette fameuse annonce sur Craigslist : était-ce ton initiative ou la suggestion d’un entourage bienveillant ?
Mélanie Gaydos : J'ai d’abord écrit au photographe d’un club de New-York pour le complimenter sur son travail. Il m'a demandé en retour si je voulais poser pour lui et j'ai accepté! Après coup, je me sentais tellement bien dans ce rôle de modèle que j'ai décidé de continuer. Suite au conseil d’un ex-petit ami du milieu du cinéma, j’ai commencé à chercher d’autres opportunités de shooting sur Craigslist. Après environ un mois ou deux, l'un des photographes m'a recommandé ModelMayhem, un réseau social mettant en relation les modèles et les photographes. Sans les réseaux sociaux, je n’en serais pas là.

Quel type d’accueil as-tu reçu du milieu de la mode à tes débuts ?
Au début, j'étais vraiment traitée comme une sorte d’alien. Les gens ne savaient pas trop quoi faire de moi. J’étais différente des modèles habituels, de celles qui posent pour des pubs de mode. Les photographes avec lesquels j’ai travaillés jusqu’à maintenant étaient lassés de collaborer avec toujours le même genre de mannequins -en moi, ils trouvent quelque chose de nouveau et d'intrigant pour eux.

Melanie Gaydos3

Enfant, quel regard portais-tu sur ta maladie ? À quel point a-t-elle perturbé ta scolarité ?
Enfant, je ne comprenais ni mon état de santé, ni pourquoi la société me traitait différemment que n'importe qui d'autre. L'école n’était pas horrible pour moi, mais j'y ai appris à éviter les gens et à me focaliser sur mes propres passe-temps (dessin, lecture ou écriture).

On sait à quel point les enfants peuvent se montrer cruels vis-à-vis de ceux perçus comme différents. Dans ces conditions, comment développer des liens d’amitié ?
J’ai été scout pendant 13 ans et j’ai également fait partie d’un groupe de jeunesse à l’église. C’est par ces biais-là que j’ai reçu un semblant d’amitié et appris à fraterniser avec les autres.

MelanieTu ne t’apitoies jamais sur ton sort, et au fond, tu détestes que les gens se sentent désolés pour toi…
Oui, je suppose. Je n’ai pas toujours été comme ça : j'étais très malheureuse en grandissant et j'ai traversé une période amère où je souhaitais que les autres soient malheureux aussi. Grâce au chemin parcouru et à des erreurs de parcours, je me suis reprise en main et depuis, j’aborde la vie de manière plus positive.

À quel moment de ta vie as-tu vraiment commencé à t’accepter pleinement ?
À mes 16 ans, j'ai commencé à vraiment m'accepter et à profiter de ma vie. C'était mon seizième anniversaire et j'étais vraiment déprimée. J'ai envisagé le pire, puis j'ai décidé de travailler sur du design à la place. Finalement, après un peu de temps, mon état d’esprit a changé. À partir de là, je pense que j'étais plus heureuse et j'ai appris que la vie est ce qu’on en fait.

melanie_gaydos

En consultant ton book, on remarque un large spectre d’ambiances et d’univers visuels. Quel type de projet t’attire le plus?
J'aime vraiment tout ce qui est nouveau ou différent. Je me lasse facilement, je n'aime pas répéter les mêmes choses encore et encore. Hélas, certains photographes cherchent toujours à reproduire ce qu'ils ont déjà vu de moi dans leur travail. Personnellement, j'aime vraiment les gens qui prennent des risques et qui se foutent complètement de ce que les autres pensent d'eux.

Quel conseil donnerais-tu aux personnes ayant des problèmes d'acceptation et de confiance?
C'est la seule vie et le corps que vous avez, profitez-en.

Melanie Gaydos6

Quel est le compliment le plus marquant qui t’ait été adressé?
Chaque fois que les gens me disent à quel point je suis gentille. Je n'oublie jamais ça. Le premier compliment qui m’a marqué, c’était au lycée. Quelqu’un m’a dit que j'avais les yeux très doux. C'était une personne plus jeune que je ne connaissais pas très bien, c'était donc à la fois aléatoire et sincère.

Tu n’as semble-t-il pas d’agent. Y a-t-il une raison particulière à cela?
J’ai été suivie par plusieurs agences mais pour certaines raisons, ça n'a pas collé. Après plusieurs années dans le milieu, je sais ce que je veux. Il y a des méthodes de fonctionnement dans les agences avec lesquelles je ne suis pas nécessairement d'accord. Je suis déjà allé assez loin par moi-même, donc ça va pour moi, je peux continuer comme ça. J’aimerais quand-même rejoindre une agence artistique en Europe. La mentalité européenne m'a été beaucoup plus accueillante que celle américaine.

Melanie-Gaydos7Te souviens-tu de ton tout premier défilé ?
Oui, avec Nina Athanasiou et Shaun Ross. C'était une expérience stressante mais formatrice.

Qu’il y a-t-il d’inscrit sur ta bucket list ?
Une campagne Gucci ! La couverture d’un grand magazine ! Une publicité internationale ! Le Japon ! La Fashion Week de Milan et Paris ! (Elle a déjà participé à celle de Berlin, ndlr).

Melanie5

De quoi es-tu la plus fière ?
Moi maintenant, aujourd’hui.

Tu joues un rôle important dans le clip de Rammstein Mein Herz Brennt
C'était ma première grande production internationale. C'est sur ce tournage que j'ai réalisé à quel point c'était parfait et que j’étais faite pour ça.

Melanie7Puisque ça t’a donné des ailes... dans quelle série TV aimerais-tu apparaître ? 
J'aimerais jouer dans Game of Thrones. Peut-être une émission de télévision comique, mais n’ayant pas regardé la télévision depuis presque deux mois, je sèche un peu sur ce qui est diffusé en ce moment.

Être soutenu publiquement par Miley Cyrus : cela change-t-il quelque chose dans une carrière ?
Son soutien a permis de faire connaître mon travail auprès d’une partie de ses fans qui me suivent depuis. Les marques de mode qui travaillaient avec elle se sont manifestées. C'était cool. Miley et moi sommes amies, notre relation n’est pas basée sur la carrière, donc l’impact sur les réseaux sociaux, je ne l’ai pas vraiment calculé, ça ne m’intéresse pas trop.

Melanie8

++ Suivez les aventures de Melanie Gaydos sur TumblrFacebook et Instagram.

Crédit photos : Daniela Swoboda, Viktor Herak, Ekaterina Belinskaya, Lisa Klappe, Karen Hsiao, Jason Alvino, Andrew Boyle.