sexybook

Ce jeudi 30 novembre, comme chaque année, le journal londonien Literary Review a décerné un trophée à la plus mauvaise description d'un acte sexuel dans une œuvre de fiction. L’heureux gagnant de l'édition 2017 de ce prestigieux prix littéraire est l’écrivain américain Christopher Bollen avec son roman The Destroyers, où l’on peut lire ceci : "Elle couvrit sa poitrine avec son maillot de bain… La peau de ses bras et de ses épaules avaient différentes teintes de bronzage, comme des remous dans une baignoire." La liste des nominés incluait entre autres War Cry de Wilbur Smith, où un personnage masculin décrète qu’il veut explorer le corps de son amant “comme le Docteur Livingstone et M. Stanley explorent l’Afrique”, Mother of Darkness de Venetia Welby et Here Comes Trouble de Simon Wroe. La France était aussi représentée avec La septième fonction du langage de Laurent Binet. On ne résiste pas à l’envie de vous en recopier ici un extrait, avec un style à mi-chemin du lexique deuleuzien et des dialogues de Jacquie et Michel du plus bel effet :

Bianca frissonne d’aise. Simon lui murmure avec une autorité qu’il ne se connaissait pas : ‘Construisons un agencement’.

Elle lui donne sa bouche. Il la renverse et l’allonge sur la table de dissection.

Elle relève sa bouche, écarte les jambes et lui dit : ‘Baise moi comme une machine.’”

Un grand bravo à eux.