christopher-plummerIl y a quelques semaines, nous apprenions que Ridley Scott comptait remplacer numériquement Kevin Spacey dans son prochain film, le déjà tourné All the money in the world, par Christopher Plummer. Le choix paraissait logique, malin, solide, enfin bref, une bonne affaire qui faisait passer la pilule et permettait au film de revenir pour la course aux Oscars. Seulement voilà, le karma est une ordure ou quand ça veut pas, ça veut pas : ce cher Plummer ne semblerait pas être le candidat idéal. Le 22 novembre sur le site du Huffington Post, la journaliste Ashley Feinberg met en lumière des passages assez douteux sur sa vision des femmes, du viol ou des jeunes filles mineures dans In Spite of Myself, la biographie de l'acteur. Extraits choisis de ce magnifique ouvrage à seulement 16,43 € en broché juste ici qui ne sont malheureusement pas issus des pensées perverses d'Humbert Humbert de Lolita :

Christopher Plummer à 23 ans :
"Entre autres, il y avait un sournois voleur de scène appelé Eric House et une petite apprentie comédienne sexy de 15 ans nommé Waverly (belle-fille de John Steinbeck et fille de la star de cinéma Zachary Scott), que Kate prit sous son aile. [...] De mauvaises habitudes se sont crées. Nous étions trop détendus, trop facilement distraits. Nos yeux ont commencé à errer, les miens surtout. Waverly, notre mascotte de quinze ans et demi, s'était considérablement épanouie; il n'y avait aucun doute. Le léger béguin que j'avais déjà grandissait rapidement à ce moment. Kate, cependant, toujours dans son rôle de chaperon [...] me remuait un doigt qui disait «Ne la touche pas» et je fus obligé de rester sage. Le fait que le père de Waverly soit devenu notre nouvelle "star" rendait toute sorte de rendez-vous encore plus improbable, alors j'ai transféré mes attentes vers une cible bien plus facile, la jeune assistante voluptueuse, avec les gros seins qui avait la provocante et constante habitude de s'asseoir sur tous les genoux."

Christopher Plummer en pleine vingtaine :
"Une strip-teaseuse en particulier a attiré notre attention. Elle n'était pas la moins grossière comme les autres; ses traits étaient délicats, beaux. Elle avait la peau pâle et de longues tresses blondes, et de la tête aux pieds elle était parfaitement formée. L'image même d'un minuscule ange intact, sans tâche. [...] Elle a dû mentir à propos de son âge - elle n'avait que seize ans, m'ont dit les serveurs. [...] Cette nymphe qui semblait si pure et si innocente n'aurait pas reconnu une inhibition si elle en avait rencontré une. [...] Je n'ai jamais vu quelqu'un faire son travail avec autant de passion et de fureur. De toute évidence, elle ne pouvait pas attendre pour tout enlever en jetant chaque particule de vêtements avec une grâce instinctive. La combinaison du diable et du saint se révélait trop irrésistible - il était plus évident que ses intentions n'étaient pas seulement de nous narguer et la foule commençait à avoir des signes de turbulences grandissants. [...] Pris dans notre excitation pour elle, elle dansait cette danse folle, nue comme la nature l'avait faite, ou se traînait et roulait sur le sol, se reflétant dans sa surface brillante révélant chaque posture suggestive imaginable; [...] elle était capable de faire les choses les plus incroyables et non imprimables."

Christopher Plummer sur le viol :
"Elle était aussi une allumeuse diabolique. Toujours légèrement vêtue, elle ne portait délibérément jamais de culotte et s'assurait qu'elle se positionnait, partout où elle était assise, sur un tabouret de bar ou sur un canapé, de manière à ce que tout le monde puisse avoir une vue de première classe. Nous l'avons baptisée "Miss Snatch". Cette nuit-là, j'ai remarqué pour la première fois que Miss Snatch avait disparu. Quelqu'un m'a dit qu'elle avait emballé ses affaires le jour même et avait quitté l'île très vite. Nous en avons déduit qu'il y avait toujours quelque chose d'un peu fuyant chez elle, une fille de son âge, voyageant seule, et ainsi de suite. Elle avait l'air si insatisfaite, si mécontente la plupart du temps : elle en avait bien après quelque chose. Je ne le saurai jamais si elle a eu ce qu'elle voulait ; mais je savais quelque chose pour sûr : elle a eu Billie. Il ne m'a pas fallu longtemps pour le savoir. Il semblait que notre jeune amie l'avait attiré dans sa chambre sous un prétexte quelconque. Une fois à l'intérieur, elle a dû s'exposer un peu trop et je suppose que le pauvre Billie n'a pas pu s'en empêcher. Je sais aussi bien que je connais mon nom que Billie était trop timide avec les dames, trop simple, trop innocent, pour avoir fait quelque chose de malfaisant ou d'imprudent - il l'a probablement touchée là où il n'aurait pas dû et c'était tout. Quoi qu'il se soit passé, quand il a quitté la pièce, elle a appelé en bas au bureau, a menacé l'hôtel d'un gros procès et a appelé la police. Quand ils sont arrivés, elle leur a dit qu'il l'avait violée."