lana

Comment survivre à un concert de Lana Del Rey quand c’est la première fois que vous la voyez en live, qui plus est dans un gros festival (le Lollapalooza), que vous éprouvez un amour profond pour la musique de cette personne et que vous savez pertinemment que vous allez passer par le grand tourbillon des émotions et risquerez la syncope à tout moment ? Pas de panique, voilà de quoi vous équiper pour vivre cette expérience en toute sécurité.

Capture d’écran 2017-07-27 à 12.09.42

Un capuchon
Au-delà de son utilité en cas de pluie, comme ce fut le cas ce dimanche, le capuchon vous sera avant tout indispensable en guise d’isolation phonique. Car Lana est une star, et comme toute star, elle a des fans. Beaucoup de fans. Et le fan a la très fâcheuse tendance de connaître toutes les paroles de sa star par coeur et de les beugler fièrement pendant toute la durée du concert. Le capuchon, que vous choisirez de préférence dans un alliage d’acier et de tungstène, fera office de cloche en vous isolant efficacement de tous ces boloss derrière et à côté de vous, tout en vous permettant d’apprécier pleinement la voix languide de Lana.

Capture d’écran 2017-07-27 à 12.10.46

Des branchies
Enfoncé dans une marée humaine moite, ballotté par les rythmes lents de Blue Jeans et autres chefs-d’oeuvres de sensualité interprétés par une petite naïade en robe bleue, arrosé par les larmes de vos voisins imbibés de THC qui laissent libre cours à leurs émotions en ondulant comme des algues, une bonne paire de branchies vous prémunira d’une mort stupide par noyade.

Capture d’écran 2017-07-27 à 12.11.23

Un formulaire ESTA
L’incroyable talent de Lana Del Rey consiste à vous télétransporter instantanément dans une Californie fantasmée et à vous faire éprouvez une nostalgie pour des paysages dans lesquels vous n’avez jamais mis les pieds. Au plus tard quand viendra le moment de Ride, vous vous retrouverez propulsé dans le désert californien, cramponné aux franges du blouson d’un biker patibulaire à l’arrière d’une Harley Davidson. Pensez donc à remplir à temps votre formulaire ESTA afin de ne pas vous retrouver confronté à d’ennuyeuses procédures administratives au moment de votre arrivée sur le territoire américain.

Capture d’écran 2017-07-27 à 12.11.47

Un spray Pouxit
La foule d’un concert de Lana Del Rey comporte une proportion non négligeables d’adolescentes en plein trip californien qui non seulement ont le cheveu long mais le secouent avec ferveur et s’échangent sans complexes couronnes de fleurs et autres colifichets capillaires. Ce sont précisément ces moments de partage qu’attend le pou, tapi à la racine de quelque dread faisandée, pour aller se propager de tête en tête. Même la divine Lana n’est pas à l’abri du fléau, elle qui, sur la fin de Born To Die, s’en va innocemment faire des selfies joue contre joue avec ses fans au premier rang et, horreur, accepte le serre-tête que lui tend une fan et se le colle dans la chevelure. Soyez donc vigilant et ayez toujours votre Pouxit sur vous pour en pulvériser les personnes en situation de risque.

Capture d’écran 2017-07-27 à 12.13.25

Votre faculté de juger
À avoir sur soi impérativement afin de garder une distance critique sur la prestation de Lana Del Rey. J’ai commis l’erreur fatale d’oublier la mienne ce jour-là, ce qui m’empêche malheureusement de vous offrir un article objectif et me laisse en l’état de jeune chevreau pantelant de bonheur devant cette sublime version acoustique de Love avec l’imposant Byron Thomas au piano, bêlant doucement le refrain de Summertime Sadness dans son capuchon, la larme à l’oeil.

MK.